in

5 erreurs fréquentes qui vont tuer vos plantes d’intérieur à coup sûr

Crédits : iStock
5/5 - (3 votes)

Erreur n°5 : Arroser les plantes d’intérieur avec une eau calcaire ou chlorée

chien plante
Crédits : iStock

L’eau du robinet est certes pratique, mais elle n’est pas forcément idéale pour les plantes. Elle est en effet riche en chlore ainsi qu’en calcaire. Cela peut tuer les plantes acidophiles comme les azalées, mais aussi vos autres plantes fragiles. Pour plus de tranquillité d’esprit, préférez récolter l’eau de pluie. C’est gratuit et les plantes adorent ! Sinon, vous pouvez aussi utiliser de l’eau en bouteille. Dernière astuce : vous pouvez laisser reposer l’eau de l’arrosoir deux heures avant de l’utiliser quand elle est très chlorée.

Erreur n°6 : Ne jamais nettoyer les plantes d’intérieur

plante nettoyage
Crédits : iStock

La poussière ne s’accumule pas que sur les bibelots et les étagères ! Or, sur les plantes, elle peut nuire à leur photosynthèse, et donc à leur état de santé. Heureusement, il existe plusieurs astuces pour dépoussiérer les plantes et en retirer la pollution. S’il ne fait pas trop froid, vous pouvez les mettre dehors pendant une pluie, ce qui va nettoyer les feuilles. Sinon, un petit tour sous la douche avec un jet doux aura le même effet. Enfin, vous pouvez aussi passer un chiffon microfibre imbibé de quelques gouttes de bière ou d’eau additionnée de bicarbonate de soude. Cela va nettoyer et faire briller ces belles feuilles vertes en un rien de temps !

Erreur n°7 : Les exposer à des courants d’air

plante araignée parmi les plantes dépolluantes à avoir
Crédits : Wikimedia Commons/Mokkie

Que ce soit dans l’entrée ou les zones de forts passages, il y a souvent beaucoup de courants d’air. Cela peut alors fragiliser les plantes qui risquent finalement de dépérir. C’est notamment très dangereux pour les plantes tropicales et les plantes les moins résistantes.

Erreur n°8 : Oublier le rempotage des plantes d’intérieur

plantes
Crédits : iStock

Quand avez-vous rempoté vos plantes pour la dernière fois ? Si vous ne vous en souvenez pas (ou pire, si vous ne l’avez jamais fait), il est peut-être temps de vous y atteler. En général, on conseille en effet de le faire tous les ans pour une plante en pleine croissance, puis tous les deux ou trois ans en entretien. Si votre plante ne pousse plus ou très lentement ou encore si les racines commencent à sortir de la terre ou du fond du pot, c’est sûrement que votre végétal se sent à l’étroit. Le plus souvent, on rempote au début du printemps ou à la fin du printemps avec un pot d’une taille supérieure au précédent.

Erreur n°9 : Ne pas détecter les parasites et maladies à temps

Crédits : iStock

Si malgré tous vos bons soins, votre plante est en mauvaise santé et ses feuilles commencent à jaunir, se recroqueviller, flétrir, décolorer ou afficher des taches, c’est généralement qu’il y a anguille sous roche ! Observez régulièrement vos plantes, notamment le dessous des feuilles pour pouvoir détecter les différents parasites et maladies qui pourraient les attaquer. Qu’il s’agisse de cochenilles, de thrips, de pucerons ou de tétranyques, il existe des remèdes naturels pour s’en débarrasser. Ainsi, nul besoin de produits chimiques ! C’est également la même chose pour les maladies des plantes.

Toutefois, il faut agir vite pour qu’il ne soit pas trop tard. Si vous tardez trop, aucun produit phytosanitaire ne pourra plus rien y faire et votre plante sera trop fragilisée pour survivre.