in

Octobre rose : 7 conseils simples pour prévenir le cancer du sein

Crédits : Pixabay/Waldryano

En ce mois d’octobre, la sensibilisation au cancer du sein est à l’honneur. Touchant majoritairement la femme, il se fait de plus en plus fréquent. En France, on en dénombre environ 50 000 nouveaux cas invasifs chaque année. Et même si les chances de guérison sont bonnes dans 9 cas sur 10 avec un dépistage précoce, ce cancer emporte 12 000 personnes par an dans notre pays. Contre la génétique, l’un des facteurs de développement de la maladie, on ne peut pas grand-chose. En revanche, il est à la portée de tous de limiter les autres facteurs qui augmentent les risques d’en souffrir. En ajustant un peu son mode de vie et ses habitudes alimentaires, on peut faire toute la différence !

Bien sûr, ces mesures ne vous exemptent pas de faire un dépistage du cancer du sein, que vous ayez des antécédents familiaux ou pas. Le check-up chez le gynécologue est également très important chez la femme.

1) Contre le cancer du sein, évitez de consommer de l’alcool ou de fumer

cigarette fumer
Crédits : Pixabay/Engin_Akyurt

On sait déjà que la consommation d’alcool ou de tabac est mauvaise pour la santé. Néanmoins, on connaît généralement peu leur lien avec le cancer au niveau de la poitrine. Pourtant, une étude publiée dans la revue Cancer a établi depuis 2014 le lien avec la consommation de tabac. D’après les chercheurs, certains composants de la cigarettes agiraient en effet comme des œstrogènes. Pour l’alcool, le lien est encore plus clair vu que 17% de ces cancers au niveau du sein seraient dus au fait de boire des boissons alcoolisées. En outre, il est montré que la simple consommation d’un verre d’alcool par jour suffisait à favoriser l’apparition de ce cancer. Aussi, mieux vaut n’en consommer que très ponctuellement !

2) Attention aux mauvaises habitudes alimentaires

aliments sains fruits légumes gras malsains matières grasses santé
Crédits : iStock

La nourriture que nous ingérons compte parmi les points les plus faciles à surveiller et ajuster ! Or, lors du congrès mondial de l’ASCO, une étude américaine menée auprès de 50 000 femmes avait clairement mis en évidence l’impact de l’alimentation sur ce type de cancer. Ainsi, une bonne alimentation réduit de 21% les risques de décès directement liés au cancer et de 15% pour les décès toutes causes confondues après que le cancer ait été diagnostiqué. En outre, ce régime soigné a également un effet préventif sur la maladie.

Cela passe par plusieurs bons gestes :

  • Tout d’abord, il faut bien surveiller sa courbe de poids. Il y a un lien étroit entre obésité et cancer. En outre, les femmes souffrant de diabète ou d’hypertension artérielle ont plus de risque de développer un cancer du sein.
  • Par ailleurs, il faut faire le plein d’oméga-3, notamment avec des poissons gras (thon, saumon, sardine…). En effet, en consommer deux fois par semaine réduit de 14% les risques de cancer du sein.
  • Qui plus est, depuis une étude de 2016, les chercheurs préconisent de consommer moins de sucre et de surveiller les sucres ajoutés dans l’alimentation industrielle. En effet, ils estiment que le sucre favorise le développement des tumeurs mammaires.
  • Aussi, de nombreuses études s’accordent sur deux points : l’importance des fibres et d’une bonne consommation de fruits et légumes quotidiennement pour réduire les risques de cancer à la pré-ménopause, et ce, en en consommant dès l’adolescence.
  • Enfin, limitez les mauvaises graisses présentes par exemple dans les pâtisseries, les aliments frits, les produits laitiers entiers, le beurre, les charcuteries ou les viandes rouges. Préférez-leur les bonnes graisses !

3) Changez de déodorant pour limiter le cancer du sein

Crédits : iStock

Vous savez sûrement déjà que les déodorants traditionnels aux sels d’aluminium sont souvent pointés du doigt pour leur toxicité. Cependant, on ne sait pas toujours par quoi les remplacer… Bien sûr, vous pouvez essayer la pierre d’alun 100 % naturelle (celle de synthèse est plus dangereuse). Sinon, la meilleure solution reste encore de faire son propre anti-transpirant ou déodorant à la maison. Ainsi, on dépense beaucoup moins d’argent, on utilise moins de plastique polluant et on contrôle les substances appliquées sur notre corps. Si toutefois vous préférez un produit prêt à l’emploi du commerce, optez alors pour une formule bio dont les ingrédients seront plus sains.

4) Faire du sport, une autre initiative qui aider à se protéger du cancer du sein

affaires de sport brassière
Crédits : iStock

Dans Plos One, une étude américaine de 2013 notait que le simple fait de marcher 1 h par jour suffirait à réduire de 14% les risques de cancer mammaire. Plus globalement, de nombreuses études s’accordent sur l’importance de faire du sport plus intensivement, plus souvent ou plus longtemps chaque semaine. La sédentarité et le manque d’exercice physique sont donc deux facteurs favorisant cette maladie. Alors, même si vous n’êtes pas un grand sportif, pensez au moins à marcher 30 minutes quotidiennement et faire une activité physique régulière.

5) Allez plus régulièrement prendre rendez-vous chez votre dentiste

gencive irritée inflammation douleur dent
Crédits : Wikimedia Commons/Dozenist

Une étude américaine d’envergure (65 000 femmes) avait mis en lumière une corrélation entre santé bucco-dentaire et cancer. En effet, ils ont découvert que celles qui souffraient de problèmes aux gencives (parodontite ou gingivite) avait 14% de risques en plus de développer un cancer. En outre, leurs résultats montraient que ces risques concernaient surtout le développement d’une tumeur cancéreuse au sein. D’après les chercheurs,les agents pathogènes pourraient en effet soit être transportés par la salive et la plaque dentaire, soit passer dans le sang en passant par les tissus des gencives. De fait, n’hésitez pas à prendre rendez-vous chaque année pour avoir un bon suivi dentaire. Ainsi, vous recevrez les soins complémentaires si nécessaire.

6) N’abusez pas des compléments alimentaires en prévention du cancer du sein

pilules compléments alimentaires médicaments
Crédits : naturalpastels / Pixabay

Souvent, les compléments alimentaires ne sont pas pris à bon escient. Là où une alimentation variée suffirait, certaines personnes en prennent sans recommandation médicale et en font alors une utilisation néfaste. Un comble quand on pensait que c’était bon pour nous ! Les effets sont d’autant plus délétères qu’ils peuvent aussi favoriser le cancer. C’est notamment le cas pour la mauvaise prise d’une complémentation en vitamine C ou de vitamine D. Or, ces compléments comptent parmi les plus populaires… Avant d’en prendre, demandez l’avis de votre médecin et faites une analyse de sang. Vous connaîtrez ainsi la pertinence d’une supplémentation de ce type.

7) Si possible, allaitez votre bébé en prévention du cancer du sein !

allaitement lait maternel bébé
Crédits : Pixabay/Badarsk

Certes, l’allaitement remplit avant tout une fonction alimentaire. Néanmoins, de nombreuses études ont également mis en évidence ses bienfaits sur la santé du bébé et de la mère. D’ailleurs, on sait depuis une étude publiée en 2016 dans The Lancet qu’allaiter bébé permet de prévenir 20 000 décès liés au cancer des ovaires et des seins. Se basant sur 18 études, l’American Institute for Cancer Research (AICR) notait quant à lui en 2017 une baisse de 2% du risque de cancer du sein par tranche de 5 mois d’allaitement. En fait, il réduit l’exposition des femmes aux œstrogènes (hormones liées au risque de cancer) en retardant le retour des règles. Par ailleurs, la perte de tissus mammaire liée à la lactation aiderait le corps à évacuer les cellules d’ADN potentiellement endommagées. Alors, si vous le voulez (c’est un choix personnel que personne ne doit juger) et si vous le pouvez, allaitez votre petit bout.

Autre chose ?

  • Le travail de nuit ne respecte pas le rythme biochronologique de l’organisme. Dans une étude de 2018 publiée dans l’European Journal of Epidemiology, les chercheurs avait démontré que cela pouvait augmenter les risques de cancer du sein. En outre, les risques étaient bien plus élevé chez les femmes pré-ménopausées.

Articles liés :

Les 9 types d’aliments les plus cancérigènes qu’il faudrait moins manger

Alimentation : 7 erreurs qui augmentent les risques de cancer

Problèmes gynécologiques : 5 plantes qui font du bien aux femmes


Écrit par Julie Vera, rédactrice santé

Je suis heureuse de pouvoir conjuguer mon amour du partage avec ma passion pour les remèdes naturels et les produits cosmétiques et ménagers faits maison. Prouver chaque jour que l'on peut prendre soin de soi, de son entourage, de son jardin et de ses animaux en respectant la planète est un vrai moteur et une motivation pour moi.