in

Arthrose : 8 erreurs à ne plus commettre pour moins souffrir

Crédits : iStock
4.7/5 - (6 votes)

L’arthrose est une maladie qui touche les articulations et qui est liée à une usure du cartilage au niveau des mains, des genoux, des hanches ou encore du dos. Elle s’accompagne alors de symptômes tels qu’une perte de mobilité, une sensation de raideur, des courbatures, des gonflements au niveau de l’articulation touchée ou encore des douleurs articulaires désagréables. Pensant bien faire ou méconnaissant simplement les mécanismes qui sous-tendent cette pathologie, on se prend parfois à commettre des erreurs qui peuvent favoriser l’apparition des maux ou même les aggraver. Pour y faire face de manière adéquate, découvrez les erreurs et mauvaises habitudes à bannir en cas d’arthrose. 

Erreur 1 : Trop attendre avant d’entreprendre une action

médecin généraliste médecin traitant
Crédits : iStock

Lorsque les premiers symptômes se font sentir, on consulte généralement son médecin traitant qui prescrit alors une imagerie (radiographie ou IRM) afin d’exclure toute autre maladie partageant des symptômes avec l’arthrose. Suite à cela, il peut vous référer à un spécialiste (orthopédiste, rhumatologue et/ou physiothérapeute). Toutefois, entre le moment de votre première consultation, celui où vous procédez à l’imagerie, celui où vous revoyez votre médecin et celui où vous trouvez un spécialiste qui peut vous prendre en rendez-vous, des semaines, voire des mois peuvent passer.

Or, ce sont donc de longs moments d’errance et d’attente dans la douleur où la raideur a tout le loisir de s’installer ! N’hésitez donc pas à demander à votre docteur à être référé à un spécialiste au plus tôt. Vous pouvez aussi adopter un traitement adapté, des remèdes naturels, une alimentation anti-inflammatoire ou encore des exercices doux pour prévenir l’atrophie musculaire et préserver votre mobilité articulaire en attendant d’en savoir plus. Pour mettre un plan d’action en marche et réduire sa souffrance quotidienne, le plus tôt est toujours le mieux.

Erreur 2 : Ne plus faire de sport et rester alités

boisson énergisante boisson sportive
Crédits : iStock

Beaucoup de patients qui souffrent d’arthrose expliquent être prêts à reprendre le sport une fois qu’ils n’auront plus de douleurs. Et il est vrai que l’on peut être tenté de se mettre au repos et de rester alité pour ne pas trop solliciter l’articulation douloureuse. Le problème, c’est qu’une activité physique adaptée et sans excès constitue un traitement de l’arthrose à part entière ! Cela permet en effet notamment de limiter l’ankylose et de diminuer les raideurs. N’hésitez pas à privilégier une activité sportive à faible impact : vélo, marche, nage, etc. choisie en fonction de la douleur et de votre état inflammatoire. Des exercices de renforcement musculaire réguliers sont plus que conseillés. Le tout est de savoir mettre son corps en route tout en sachant écouter son corps et ses limites pour ne pas nuire à sa guérison.

Bon à savoir pour les passionnés : le footing n’est pas forcément à bannir totalement ! Cependant, il faut avoir des chaussures adaptées, éviter les terrains accidentés ou pentus, et adopter une fréquence et une intensité modérées.

Erreur 3 :  Abuser des anti-inflammatoires

femme médicament traitement malade
Crédits : iStock

Les antidouleurs sont certes utiles, mais seulement lorsqu’ils sont nécessaires. Il convient donc de les limiter dans la durée, ainsi que de les prendre dans la posologie la plus faible possible. Outre les douleurs à l’estomac liées à la prise d’anti-inflammatoires, ces médicaments présentent aussi des effets secondaires non négligeables, surtout auprès d’un public plus âgé. Après 65 ans, les risques cardiovasculaires ou rénaux sont par exemple avérés. Si les anti-inflammatoires ne suffisent pas, peut-être faudra-t-il envisager des remèdes plus naturels, mais aussi des infiltrations de corticoïdes ou d’acide hyaluronique pour un meilleur ratio bénéfice/risque.

Erreur 4 : Ne pas surveiller son poids

balance pèse personne se peser surveiller son poids
Crédits : iStock

Il est généralement conseillé aux patients en surpoids ou obésité de ne pas prendre de poids et même si possible d’en perdre. En effet, dans leur cas de figure, même une prise d’un ou deux kilos peut favoriser grandement la douleur articulaire. Et nul besoin de se mettre la pression pour perdre beaucoup de poids quand on souhaite réduire l’inconfort au quotidien. Une perte de 7 à 10 % seulement de son poids initial permet déjà de soulager les douleurs.