Hiver au poulailler : comment chouchouter vos poules en 8 astuces

comment protéger ses poules en hiver
Crédits : iStock - Modif : ADGM
5/5 - (3 votes)

Adopter des poules est un bon moyen d’avoir de bons œufs frais et d’apporter un peu de vie dans nos espaces extérieurs. Toutefois, il faut pouvoir garantir leur bien-être pendant la saison hivernale. En effet, un hiver rigoureux apporte son lot de défis pour nos amies à plumes et il convient donc de prendre des mesures pour les aider à traverser la saison froide en toute sérénité. Aménagement du poulailler, isolation de leur habitat, soins particuliers apportés aux gallinacés, ajustements dans l’alimentation pour couvrir leurs besoins hivernaux… Plusieurs étapes cruciales et astuces pratiques vous aideront à créer un environnement confortable pour vos compagnons à plumes, mais aussi à les garder bien au chaud et en pleine santé pendant les mois les plus froids. Voici donc comment protéger vos précieuses poules en hiver et leur garantir un confort optimal malgré des températures glaciales.

1) Choisir des races de poules adaptées en cas d’hiver froid

Certaines variétés de poules sont naturellement plus résistantes au froid. Parmi les races réputées pour leur robustesse hivernale, on retrouve la Sussex, la Plymouth Rock et la Wyandotte. On peut aussi choisir d’autres races connues pour leur rusticité telles que la Marans, la Gauloise (ou Faverolles), la Brahma, la Bresse, la grise du Vercors, la bourbonnaise ou la Coucou de Rennes qui ont généralement un plumage dense et isolant avec des plumes épaisses, donc plus résistant au froid et aux intempéries. Elles possèdent aussi une bonne constitution générale pour mieux affronter le froid.

En revanche, des races telles que la Leghorn, la Cou nu de Forez et la Sebright peuvent être sensibles aux basses températures en raison de leur plumage plus léger. Ainsi, même si leurs plumes gonflent à l’arrivée de l’hiver, cette mue peut ne pas suffire dans les régions où l’hiver est plus froid. Il faudra donc se tourner vers des variétés plus rustiques [ou leur coudre de jolis pulls pour les plus habiles de leurs mains ! ;)]. Essayez surtout de choisir des variétés adaptées à votre climat local. Consulter des éleveurs locaux ou des experts avicoles vous permettra notamment d’obtenir des recommandations spécifiques à votre région.

poule pondeuse hiver
Crédits : iStock

2) Adapter leur nourriture lorsqu’il fait froid

De la même manière qu’on doit régulièrement surveiller l’abreuvoir en été pour s’assurer qu’il n’y a pas eu d’évaporation et que les gallinacés ont assez à boire, on vérifiera aussi les points d’eau en hiver qui peuvent être sujets au gel.

La nourriture qu’on leur donne revêt aussi une importance capitale dans la mesure où la lutte contre le droit puise énormément dans leurs réserves. Pour ne pas les voir s’affaiblir et maigrir trop rapidement, il faudra donc adapter leur alimentation. Faites la part belle aux vitamines, minéraux et protéines grâce aux vers de farine, aux restes de viandes et aux fruits et légumes en morceaux. Des céréales en plus sont également les bienvenues. Pour les réchauffer un peu et les “remplumer”, vous pouvez enfin leur donner des restes tièdes. C’est certes gras, mais cela aidera les poules pondeuses à garder leur poids de forme et à continuer à pondre. N’en abusez pas et ça ira.

3) Bien placer l’enclos des poules en hiver

En été, on essaye de placer le poulailler à l’abri des rayons du soleil. Pendant la saison hivernale, on change totalement de technique pour au contraire le placer dans un emplacement ensoleillé au jardin. Un bon ensoleillement permettra de réchauffer un peu l’atmosphère sans nécessairement avoir besoin d’installer de chauffage d’appoint spécial. De plus, vos volailles auront plus envie de sortir de leur cachette pour profiter des rayons, déjà très timides en cette période. De quoi leur permettre de rester un peu actives et de s’amuser à l’extérieur. Une fois la nuit arrivée, prévoyez toutefois un endroit où les rapatrier si les températures baissent trop.

4) Faire la chasse aux courants d’air dans le poulailler

Qui dit « courant d’air » dit aussi « danger » pour nos chères poules. En effet, le froid et le vent les exposent à des maladies respiratoires graves, souvent incurables, à commencer par le terrible coryza. Et une fois arrivé dans le poulailler, il ne laissera aucune chance à vos chères amies à plumes qui risquent d’y passer rapidement. Pour éviter l’hécatombe, ne tardez donc pas à trouver des solutions coupe-vent. Vous pouvez notamment installer de toute urgence une bâche pour protéger cette zone clé de votre cour intérieure. Encore plus optimale, la couverture de survie permettra elle aussi de bloquer l’arrivée de l’air froid.

5) Isoler le poulailler pour garder les poules au chaud en hiver

Pour empêcher le froid de s’infiltrer par le bas, recouvrez la terre battue de la volière avec de la paille. Une couche de 3 à 5 cm suffira à cet isolant naturel pour agir. Si toutefois vous avez un abri surélevé, on peut cette fois privilégier l’astuce du liège ou du polystyrène. On peut en trouver sous la forme de plaques à coller en dessous qui rendront en outre le poulailler plus hermétique et moins sujet aux problèmes d’humidité.

Pour isoler le toit du poulailler, on peut tout à fait envisager de doubler ses planches en intercalant de la paille entre deux couches. Une bâche permettra en outre de limiter les infiltrations humides en cas de pluie. Enfin, il faut aussi soigner l’isolation des murs. On peut pour cela ajouter une fois encore des plaques de liège ou polystyrène, mais aussi du carton ou du papier bulle, bien que cela soit moins durable. Si vous le pouvez, des bottes de paille peuvent aussi faire l’affaire si vous habitez à la campagne.

En plus de ces précautions, pensez à bien imperméabiliser le bois. Vous pouvez par exemple utiliser de l’huile de lin en plusieurs couches pour éviter les dégradations liées aux intempéries. Sinon, des produits anti-eau classiques du commerce pourront servir, sans toutefois en appliquer dans les parties au contact de vos animaux. Enfin, pensez à aérer l’abri régulièrement, car avec toutes ces précautions d’isolation et les aérations à colmater, l’air sera vite moins sain.

poulailler poules froid hiver neige
Crédits : iStock

6) Le sport pour des volailles en forme

L’exercice physique nous réchauffe, et c’est la même chose pour nos amies à plumes ! Même s’il fait froid, ne les gardez pas enfermées. Laissez la porte de leur poulailler ouverte pour qu’elles puissent sortir et se promener si elles le souhaitent. Elles sauront en effet parfaitement décider si elles ont envie de se dégourdir et ce qui est bon ou pas pour leur confort en fonction du climat. Pour les garder actives, vous pouvez aussi cacher de la nourriture dans la cour. Ainsi, cela les pousse à marcher et se dépenser encore plus !

7) Des panneaux solaires sur le toit

Quand il y a beaucoup de vent et que les températures baissent fortement dans votre région, il faut envisager de faire chauffer l’abri. Pour éviter de payer trop cher l’électricité, de petits panneaux solaires peuvent s’installer sur le toit et permettre ainsi d’alimenter le chauffage. Cela évite ainsi le gel ! On peut aussi envisager un générateur solaire pour faire fonctionner une lampe chauffante.

8) Des soins en plus pour vos poules en hiver

Pendant la saison hivernale, les pattes et crêtes de vos poules sont exposées aux éléments et peuvent donc s’abîmer à cause du froid. En effet, ces parties ne bénéficient pas d’un beau plumage protecteur. Pour éviter les blessures lorsqu’il fait très froid, et ce, durablement (autour des -15 °C), appliquez sur ces zones de la crème grasse (vaseline ou crème Nivea) que vous retirerez une fois la longue période de froid éloignée.


Julie Vera, experte santé, bien-être et vie pratique

Écrit par Julie Vera, experte santé, bien-être et vie pratique

Je suis heureuse de pouvoir conjuguer mon amour du partage avec ma passion pour les remèdes naturels et les produits cosmétiques et ménagers faits maison. Prouver chaque jour que l'on peut prendre soin de soi, de son entourage, de son jardin et de ses animaux en respectant la planète est un vrai moteur et une motivation pour moi.