in

Voyager avec son vélo (train, avion…) : ce qu’il faut savoir avant le départ

Crédits : MaxPixel

Séduisantes, les vacances à vélo sont synonymes de liberté en plus d’être écologiques et très économiques. Le problème, c’est que voyager avec son vélo n’est pas toujours facile ! Tout d’abord, il faut choisir la bonne destination pour ne pas subir les aléas climatiques, les Codes de la Route approximatifs (Inde, etc.) et les itinéraires où rien n’est prévu pour le cyclisme. Ensuite, il faut bien s’équiper avec la bicyclette parfaite et les équipements indispensables (antivol, sacoches, freins révisés…). Néanmoins, le point le plus compliqué reste de transporter son VTT si vous ne le louez pas sur place… Que vous partiez en voiture, en avion ou alors en train, voici ce que le cycliste doit prendre en compte avant son périple !

Voyager avec son vélo en voiture

voyager avec son vélo en voiture
Crédits : MaxPixel

La voiture pour les longs trajets et le vélo pour les petites balades : cela semble être un bon compromis ! Cependant, il faudra bien choisir votre porte-vélos. Quelques clics sur un site spécialisé tel que Rameder vous montreront vite que le choix est large. Et si le budget est la première chose à prendre en compte, le nombre de vélos, la praticité et la sécurité du remorquage (visibilité, solidité, etc.) sont au moins aussi importants.

  • Le porte-vélos sur toit permettra d’emporter 1 à 4 vélos sans les démonter. Par contre, cela ralentit un peu le véhicule et cela risque de gêner pour les péages. À réserver pour les trajets courts !
  • Les rails à installer dans le coffre font perdre de l’espace de stockage et des assises à l’arrière. Néanmoins, cela permet d’emporter 1 à 3 cycles sans perte de vitesse ou de visibilité.
  • Sur coffre, boule d’attelage ou hayon, vous verrez peut-être moins bien (attention aux manœuvres !). En plus, il faut qu’ils soient compatibles en plus d’ajouter une plaque de signalisation sur l’arrière du véhicule. Cela reste néanmoins une solution favorisée par de nombreuses familles cyclistes. Suivant les modèles de boules d’attelage, vous pourrez toujours ouvrir votre coffre.

Voyager avec son vélo en avion

voyager sans se ruiner aéroport avion
Crédits : Pexels/Tanathip Rattanatum

En général, faire embarquer son vélo en avion est possible. Cependant, prévoyez un surcoût pouvant varier parfois entre 15 et 50€ en Europe. Ce même surcoût peut survenir à bord d’un bateau ou d’un ferry. Pour l’avion, cela se passera parfois au moment d’enregistrer les bagages où le vélo fera monter la facture. Renseignez-vous bien sur les conditions et les prix. Attention : certaines compagnies limitent le poids autorisé en soute.

En effet, chaque compagnie aérienne a ses subtilités et son propre règlement. Mais toutes demandent généralement de dégonfler au maximum les pneus du deux-roues. Ici, il sera néanmoins sûrement possible de laisser un peu d’air pour éviter des dommages dus à de possibles chocs. Attention : les cartouches de CO2 sont absolument interdites ! De même, elles imposent aussi le plus souvent de retirer les pédales et aligner le cintre et le cadre. Enfin, prévoyez un maximum de protections et d’emballage contre les coups : carton, mousse, coque rigide spéciale pour vélo…

Voyager avec son deux-roues en train

voyager avec son vélo en train
Crédits : Pixabay/Pfeiffed

Le train n’est pas toujours ce qu’il y a de plus pratique, car il faut descendre les escaliers, les quais ne sont pas faciles d’accès, etc. Ainsi, il peut être difficile de jongler entre les différentes correspondances si les trajets directs sont indisponibles. De plus, les places disponibles sont souvent limitées, voire supprimées en cas de forte affluence pour des raisons de confort et de sécurité. En général, les vélos pliables étiquetés et dans une housse dont les dimensions ne sont pas excessives sont considérés comme un bagage à main et n’entraîneront aucun souci d’installation ou surcoût. Du reste, les vélos standards pourront être embarqués dans les trains équipés d’espaces dédiés (reconnaissables par un pictogramme vélo). Avec la SNCF, sur les lignes nationales, régionales, en Île-de-France et en Europe ou pour les TGV, vous pouvez réserver un espace vélo en même temps que votre billet (environ 10€).

Et pour voyager avec son vélo en bus ?

voyage plage vélo
Crédits : MaxPixel

Ici, cela dépend encore une fois des compagnies. Certaines refusent les vélos non démontés. Il faut alors prévoir la housse pour le démonter, le ranger et le mettre en soute. D’autres prévoient des porte-vélos à réserver au moment de l’achat du billet ou considèrent le vélo comme un bagage volumineux en soute. À titre d’exemple, cela vous coûtera 9€ avec Flixbus.

Source

Articles liés :

5 astuces pour se remettre au vélo

Il invente un système simple pour nettoyer la chaîne de son vélo

Faire du vélo en robe sans que l’on voie vos dessous ? Trop facile avec cette astuce !