in

4 infusions pour protéger vos poumons cet automne-hiver

Crédits : iStock
5/5 - (2 votes)

Nos poumons sont des organes vitaux qui assurent des échanges gazeux entre l’air et le sang, et participent à la distribution de l’oxygène dans tout le corps. De par leur fonction essentielle, il est très important d’en prendre soin tant en faisant attention aux produits que l’on utilise au quotidien dans sa maison qu’en se soignant bien lorsque l’on est malade. En effet, en hiver, nous enchaînons souvent les maladies respiratoires (rhume, grippe, bronchite…) qui peuvent mettre nos poumons à rude épreuve et réduire nos capacités pulmonaires, d’autant que cet organe doit déjà faire face à la pollution, aux virus et aux bactéries toute l’année. Heureusement, certaines infusions de plantes permettent de protéger nos bronches et de préserver, mais aussi de soulager nos poumons infectés très efficacement.

1) Les infusions de pulmonaire pour nos poumons

tisane de pulmonaire
Crédits : iStock

Cette plante peu connue au nom évocateur appartient à la famille des borraginacées. On la retrouve généralement dans les massifs montagneux, les sous-bois et les prairies. Grâce à son action anti-inflammatoire, expectorante, émolliente et astringente, elle se révèle être une alliée de choix pour faire face aux infections pulmonaires courantes pendant les saisons froides.

Pour l’utiliser sous forme de tisane, faites infuser 10 minutes 2 cuillerées de feuilles séchées dans 200 ml d’eau frémissante. Nous vous conseillons ici fortement d’y ajouter quelques feuilles de menthe poivrée. En effet, cela atténuera son goût amer. Après l’avoir bien fait infuser, vous pourrez la filtrer et la boire trois fois par jour au cours du repas.

2) Le thym, l’indispensable des saisons froides

infusion de thym
Crédits : iStock

Comme la plupart des plantes aromatiques, le thym s’est imposé comme une plante médicinale incontournable dans l’Antiquité. Depuis, sa réputation n’a pas perdu de sa superbe et on considère toujours le thym vulgaire et le thym serpolet comme deux pièces maîtresses de la pharmacopée traditionnelle européenne. Et on le comprend ! Leur richesse en thymol et en flavonoïdes leur confère en effet un fort pouvoir antiseptique et antifongique, leur permettant ainsi de s’imposer comme des plantes amies de notre santé respiratoire. Elles permettent notamment de calmer les quintes de toux (notamment en cas de grosse bronchite), d’aider les asthmatiques et allergiques à mieux respirer et à désintoxiquer nos poumons.

Pour préparer votre tisane, faites infuser 2 cuillères à café de thym séché
dans 250 ml d’eau pendant 10 minutes. Idéalement, hors du feu, ajoutez un petit morceau de citron et une cuillère à café de miel pour compléter votre tisane. On peut prendre cette infusion pour prévenir des virus et microbes à raison d’une tasse par jour ou monter jusqu’à trois tasses par jour en cas d’état grippal ou de maladie.

3) Les infusions de mauve pour nos poumons et notre gorge

tisane infusion de mauve
Crédits : iStock

On utilise la mauve depuis la Rome antique où elle était réputée pour ses propriétés anti-inflammatoires puissantes. Cependant, cette plante est aussi reconnue pour son effet bénéfique sur les gorges irritées par les quintes de toux (qu’il s’agisse de toux sèche ou toux grasse productive), mais aussi par les affections bronchiques.

Pour profiter du réconfort et de l’apaisement apporté par les fleurs séchées de mauve, laissez-en infuser 1,5 g à 2 g de fleurs séchées dans 200 ml d’eau frémissante. Vous pourrez en boire 3 fois par jour ou l’utiliser en gargarisme pour stopper la toux, combattre votre bronchite et faire d’une pierre deux coups en réduisant aussi vos troubles digestifs du moment (diarrhée et constipation).

4) L’eucalyptus, la plante phare de l’automne-hiver

eucalyptus infusion tisane
Crédits : iStock

L’efficacité de l’eucalyptus pour soigner les affections des voies respiratoires n’est plus à démontrer. D’ailleurs, l’OMS a approuvé son utilisation et de nombreuses études étayent ses capacités de diminution de la toux et des expectorations chez les patients atteints de bronchite chronique. À cela s’ajoute le fait que ses vertus antiseptiques agissent en prévention du développement de germes pathogènes. Tout cela peut s’expliquer par sa richesse naturelle en huiles essentielles volatiles et notamment en essence d’eucalyptol qui agit sur la fluidité du mucus pulmonaire, permettant ainsi le bon fonctionnement des bronches.

Si l’on a plutôt tendance à se tourner vers l’huile essentielle d’eucalyptus en inhalation pour soigner ses maux de l’hiver, les feuilles séchées infusées ne sont pas en reste en termes d’efficacité ! Mettez 150 ml d’eau à frémir, puis laissez-y entre 3 et 4 g de feuilles séchées à infuser pendant 10 min. Buvez-en 2 à 3 tasses par jour.

D’autres infusions pour protéger vos poumons

tisanes thés infusions plantes
Crédits : iStock

Il n’est pas aisé de passer en revue toutes les plantes et possibilités, tant elles sont nombreuses. Nous tenions toutefois à mentionner certaines infusions moins connues, mais tout aussi bénéfiques pour la santé de vos poumons, notamment en cas d’infection respiratoire :

La viorne apaise les voies respiratoires et possède un effet drainant sur le poumon. Cette écorce est également appréciée contre l’asthme en toutes saisons.
L’asaret est LA plante à avoir en cas de bronchite grâce à ses effets expectorants hors pair.
-Anti-inflammatoire et antitussif, le plantain combat les affections respiratoires tout comme les inflammations des muqueuses. Son effet diurétique vient en outre compléter son action en permettant l’élimination des toxines par notre organisme.
Le bouillon blanc est antibactérien, anti-inflammatoire, analgésique, antispasmodique et antitumoral. Il a une action double en protégeant les muqueuses et en favorisant l’expectoration.
Le lierre grimpant est une plante bien connue par nos aïeules pour soigner les infections et des inflammations des voies respiratoires, et notamment les grosses bronchites.

Attention, bien qu’il s’agisse de remèdes naturels, ils ne sont pas inoffensifs pour autant. Avant l’utilisation d’une plante, nous vous conseillons de vous renseigner sur les précautions d’emploi et de dosage, ainsi que les éventuelles contre-indications. N’hésitez pas à demander à votre médecin en cas de doute pour plus de sûreté.