in

6 astuces radicales contre les cochenilles qui ravagent vos plantes

Crédits : iStock
4.7/5 - (6 votes)

Issue de la famille des Coccoidea, la cochenille est un parasite particulièrement redouté par les jardiniers, car elle s’attaque aussi bien aux plantes potagères qu’aux autres plantes du jardin, aux arbres fruitiers et aux plantes d’intérieur. Et une fois installées, les cochenilles blanches, cochenilles farineuses ou cochenilles à carapace (des coques noires) sont difficiles à déloger et ont tendance à se propager. Pour le bien de vos végétaux, il faut donc agir vite une fois que l’infestation est déclarée. Découvrez les plantes ciblées par ces insectes nuisibles et ce qu’elles risquent, mais aussi les symptômes d’une infestation et les solutions naturelles pour les éliminer en accord avec l’environnement.

Quels sont les risques d’une infestation de cochenilles et les plantes à risque ?

Ces insectes piqueurs en ont après la sève de nos plantes vertes, arbres et arbustes. Elles peuvent aussi bien s’attaquer au feuillage, aux tiges, aux racines, aux troncs ou aux rameaux qu’aux fruits de plantes. Cela va avoir alors pour effet d’affaiblir vos plantes et d’altérer leur bon développement, pouvant même aller jusqu’à les tuer. Sur les arbres fruitiers et plantes du potager, cela peut par ailleurs compromettre la récolte en l’absence d’un traitement. Par ailleurs, ces petites bêtes sécrètent un miellat qui attire les champignons. Elles peuvent donc causer l’apparition de la fumagine. Or, cette maladie cryptogamique va laisser une couche noire sur les plantes et ralentir d’autant plus leur croissance.

Les plantes à risque sont autant les arbres fruitiers que les plantes grasses, les arbustes d’ornement et les plantes d’intérieur si ce dernier est trop humide et peu aéré. Les cochenilles sont particulièrement à surveiller sur :
Les agrumes, la vigne et les arbres fruitiers (pommier, figuier, etc.)
-Le laurier-rose et le laurier-tin
-L’olivier
-Les cactées et succulentes
-Les crotons
-L’hortensia, le bougainvillier ou l’hibiscus
-Etc.

cochenilles
Crédits : iStock

Comment reconnaître une infestation de cochenilles ?

Vous soupçonnez une invasion, mais voulez en avoir le cœur net ? Voici quelques signes qui ne trompent pas :
-La présence d’insectes minuscules dans les feuilles, visibles notamment le long des nervures ou aux intersections quand on a de bons yeux
-Des amas cotonneux poisseux ou farineux blanchâtres (les insectes se cachent dessous)
-De petits boucliers cireux ou coques brunes
-Du miellat visqueux et collant en gouttelettes sécrété par cet insecte après avoir consommé la sève d’une plante (il attire les fourmis)
-Le feuillage jaunit de plus en plus et les jeunes pousses se déforment
-La floraison est arrêtée
-Le tronc subit un dessèchement et son écorce se craquelle
-Un dépôt noir apparaît (la fumagine).

Si vous reconnaissez ces symptômes, ne tardez pas à traiter la plante, car cela peut rapidement contaminer le reste du jardin. Si le végétal en question est trop atteint, il faudra peut-être brûler les parties les plus infestées, voire la plante entière. Ne l’ajoutez en revanche jamais dans le bac de compostage au risque d’infester le compost. Si la plante peut encore être sauvée, car elle n’est ni trop infestée ni morte, testez les solutions naturelles ci-dessous, aussi efficaces (sinon plus) que les produits phytosanitaires en jardinerie.

Les remèdes naturels contre les cochenilles en page suivante →