in

Voici 7 types d’aliments qui empirent les douleurs

Crédits : iStock

Quand on dit que la santé est dans l’assiette, on ne croit pas si bien dire ! Il existe en effet de nombreux aliments anti-inflammatoires qui permettent d’apaiser les douleurs en cas de rhumatismes (douleurs articulaires, arthrite, arthrose, etc.) ou de maladies (spondylarthrite, fibromyalgie, etc.). C’est le cas par exemple du thé vert, des fruits rouges, de l’huile de cameline, des épinards ou encore de certaines épices (cannelle, curcuma, etc.). Et au contraire, d’autres aliments dits “pro-inflammatoires” ou “inflammatogènes” peuvent exacerber l’inflammation. Ils peuvent par ailleurs favoriser l’apparition de maladies chroniques sur le long terme. Ainsi, que les douleurs soient installées ou pas, soigner son alimentation est très important pour y faire face. Voici certains types d’aliments qui peuvent empirer les douleurs à consommer moins régulièrement.

1) Les alcools

Crédits : Pixabay : lehtta1

On le consomme parfois dans l’espoir de tout oublier, notamment ses douleurs. Toutefois, que ce soit mentalement ou physiquement, il a l’effet inverse ! Dès le premier verre, l’alcool favorise en effet les inflammations. En effet, il augmente la perméabilité de l’intestin. Ce faisant, il laisse passer des molécules issues des bactéries, ce qui induit une réaction inflammatoire intestinale, puis dans tout l’organisme. Et malheureusement, les sodas sont logés à la même enseigne…

2) Les sucreries

sucreries gourmandises bonbons
Crédits : Pixabay/Rawpixel

Le sucre faire partie des aliments qui augmentent le plus les inflammations, et donc les douleurs. Même sans diabète, cela surcharge le pancréas de travail. Or, quand le pancréas est trop sollicité, cela favorise les réactions inflammatoires. Le problème, c’est que le sucre est partout dans notre alimentation : bonbons, gâteaux et pâtisseries, boissons, confitures… Au final, notre consommation peut être très élevée quand on met ces aliments bout à bout. Aussi, il faut limiter les différentes sources de glucose (sucre blanc, sucre de canne, édulcorants, etc.). Pour ce faire, n’hésitez pas à regarder les étiquettes et limiter les produits où ce composant apparaît parmi les premiers ingrédients.

3) Les plats préparés

supermarché nourriture industrielle transformée plat tout prêts
Crédits : Pixabay/ElasticComputeFarm

L’alimentation industrielle ultra-transformée contient de fortes doses de sucre, de sel et de gras. À eux seuls, ces éléments favorisent déjà les irritations. Toutefois, en plus de cela, on y retrouve aussi et surtout de nombreux additifs alimentaires tels que les colorants, conservateurs et émulsifiants. Or, ces additifs stimulent les récepteurs de la douleur. Cela a donc pour effet de faire souffrir encore plus les personnes souffrant déjà de douleurs chroniques. De par leurs ingrédients, les aliments transformés induisent très souvent une dysbiose, un déséquilibre plus particulièrement visible dans le microbiote intestinal humain permettant le bon fonctionnement de tout l’organisme. Et si sur le moment, ce déséquilibre ne cause que des maux de ventre (ballonnements, constipation, etc.), il peut aussi sur le long terme favoriser l’apparition de maladies chroniques.

4) Les produits laitiers

lait produits laitiers
Crédits : Pixnio

Les aliments à base de produits laitiers sont donc loin d’être des amis pour la vie chez ceux qui souffrent de douleurs. Les produits à base de lait de vache, de lait de brebis ou de lait de chèvre (crème fraîche, yaourts, beurre…) contiennent en effet de la caséine. Comme le gluten, cette protéine peut causer quelques intolérances. Cela s’explique de plusieurs manières. Déjà, elle est difficile à digérer puisque sa digestion mobilise beaucoup d’enzymes. Et en plus, elle favorise une hyperperméabilité de l’intestin. Cela favorise donc le passage de substances novices qui favorisent les inflammations. Rappelons qu’en France, nous consommons énormément de produits laitiers (parfois à tous les repas chez certains). Limitez donc votre consommation et complétez avec d’autres aliments riches en calcium pour éviter les carences.

5) Les viandes cuites à haute température

viande de boeuf pièce de boeuf viande rouge
Crédits : iStock

De base, certaines viandes, et plus particulièrement la viande rouge et les viandes transformées, peuvent déjà causer inflammations. Des aliments tels que la charcuterie contiennent par exemple beaucoup de sodium et de graisses saturées qui ne vont pas sans empirer insidieusement les douleurs. Le mode de cuisson de la viande joue aussi un rôle clé. En effet, cuire les protéines animales à haute température (soit plus de 110°) produit des acrylamides (des glycotoxines difficiles à digérer). Or, à court terme, cela peut induire un déséquilibre du microbiote intestinal et une hyperperméabilité de l’intestin se soldant par des inflammations. Et sur le long terme, cela peut favoriser provoquer l’apparition de maladies inflammatoires chroniques. Vous l’aurez compris, en cas de douleurs, mieux vaut limiter ces aliments, voire suivre un régime hypotoxique pendant quelque temps.

6) La farine de blé industrielle

tranches de pain
Crédits : Pxfuel

Aujourd’hui, le blé est moulu de manière très fine. Autrefois, l’utilisation d’une meule en pierre permettait une mouture moins fine. De fait, on n’entrait pas en contact avec les protéines présentes dans le noyau cellulaire du blé (alpha gliadine). Or, ces protéines sont difficiles à digérer. Cette mauvaise digestion cause une augmentation de la perméabilité des intestins, une multiplication de bactéries pathogènes et un déséquilibre de la flore intestinale. De ce fait, elles peuvent causer des maux de ventre (ballonnements, douleurs intestinales, etc.) et problèmes inflammatoires, même sans intolérance au gluten. Pour une meilleure digestion, moins de douleurs et pour avoir de vrais apports nutritifs (vitamines, minéraux…), remplacez le pain blanc et aliments à base de farines raffinées par des céréales plus complètes. Sinon, réduisez au moins votre consommation.

7) Certaines huiles

huile alimentaire
Crédits : Pezibear / Pixabay

Certaines huiles contiennent plus d’oméga-6 que d’oméga-3. Or, par opposition aux oméga-3 qui sont anti-inflammatoires, ces oméga-6 sont des acides gras pro-inflammatoires. Cuisinés au sein de nos aliments, ils peuvent donc augmenter les douleurs et symptômes inflammatoires (arthrite, etc.). C’est la raison pour laquelle il faudrait limiter l’huile de tournesol, de maïs ou encore de soja. Pour les remplacer, utilisez de l’huile d’olive, de lin, de fois de morue, de cameline, d’avocat ou encore de noix.