in

7 aliments addictifs qui peuvent vous rendre complètement accro

Crédits : iStock
4.8/5 - (6 votes)

5) La pizza

pizza aux légumes plat j'en veux
Crédits : Pixabay/Hans

La pizza est très salée et très grasse, mais ce n’est pas tout ! Lors d’une étude, des chercheurs ayant au préalable établi un classement des aliments les plus addictifs ont identifié une caractéristique commune à tous ces produits. Le chocolat, les chips, les cheeseburgers, le pop-corn tout comme la pizza contiennent deux fois plus de glucides que de lipides. Or, ce sont des caractéristiques que possède également le lait maternel. D’après ces scientifiques, notre cerveau se souvent dès un jeune âge du plaisir issu de la nourriture. Selon eux, le cerveau des nourrissons va toute leur vie établir des « récompenses neuronales » liées aux premières sensations gustatives.

6) Les biscuits et viennoiseries

biscuit Oreo trempé dans du lait
Crédits : Wikimedia Commons/Andy Melton

Si ces aliments comptent parmi ceux qui peuvent rendre le plus accro, c’est parce qu’ils sont riches en sucres rapides, très gras et qu’ils ont un IG très élevé. En causant une hypoglycémie réactionnelle (une explosion de la glycémie et l’énergie qui redescend tout aussi vite), ce type d’aliments ne va en outre pas sans favoriser les grignotages et les coups de barre… avec à la clé l’envie de reprendre quelques gourmandises pour se soulager ! Au cours de recherches en 2013 portant sur la dépendance aux aliments sucrés et gras et le risque que cela contribue à l’épidémie actuelle d’obésité, des chercheurs avaient en outre fait une découverte étonnante : les biscuits Oreo se sont avérés aussi addictifs que la cocaïne ou la morphine auprès des rats utilisés pour ces travaux !

7) Le fromage

camembert fromage
Crédits : MaxPixel

Un peu de fromage dans chaque plat, une portion après le repas, un morceau de fromage au goûter… Difficile de s’en passer et d’arrêter une fois qu’on est lancés ! Le problème, c’est que le fromage est riche en graisses, en cholestérol et en casomorphine. Or, cette substance active les mêmes récepteurs du cerveau que les opiacés. Cela permet donc la libération de dopamine… et le début d’une petite addiction à ce type d’aliments ! Toujours dans les produits d’origine animale, sachez que les viandes grasses (rôti, côte de bœuf, gigot d’agneau, viande rouge en général) contiennent elles aussi beaucoup de graisses et favorisent donc aussi le sentiment d’addiction.

Attention de ne pas mélanger addiction et gourmandise !

L’addiction alimentaire est une maladie du cerveau qui se caractérise par une perte de contrôle et une compulsion. On peut alors avoir un besoin irrépressible de manger alors qu’on sait qu’on ne devrait pas et que l’on n’arrive pas à empêcher. La différence avec le fait d’être gourmand et d’avoir quelques mauvaises habitudes alimentaires tient au fait qu’il y a ici une souffrance (un sentiment de mal-être, voire d’angoisse) et un sentiment de manque en cas de non consommation de l’aliment en question. L’accompagnement d’un nutritionniste peut alors s’avérer crucial pour accompagner le sevrage en cas de troubles du comportement alimentaire et de dépendances.