in ,

Alimentation : 7 erreurs qui augmentent les risques de cancer

Crédits : Wikimedia Commons/Destroyer of furries

L’alimentation joue un grand rôle pour notre santé. Il n’est donc pas étonnant que nos mauvaises habitudes alimentaires aient un impact négatif… parfois même au point de favoriser le risque de développer un cancer ! Sans être dans la surveillance constante et la méfiance, il y a certaines erreurs listées ci-dessous que vous pouvez éviter ou limiter pour mettre toutes les chances de votre côté pour garder cette maladie à distance. Prenez soin également de limiter votre consommation d’aliments cancérigènes, de réduire votre consommation d’alcool et de pratiquer une activité physique adaptée !

Redécouvrez aussi nos conseils pour prévenir le cancer du sein.

1) Plébisciter l’alimentation transformée favorise le cancer

Crédits : Pixabay/ElasticComputeFarm

De temps à autre, le prêt à consommer peut servir de dépannage. Cependant, mieux vaut en manger aussi peu que possible. En effet, une étude française a fait un lien clair entre une hausse de 10 % de consommation de ces produits et l’augmentation équivalente des risques de développer un cancer. Il faut dire que niveau ingrédients, ce n’est pas joli-joli et ces cocktails de sel, additifs, emballages discutables et conservateurs ont un impact notamment sur notre courbe de poids (favorisant surpoids et obésité) et notre santé. La consommation de nourriture industrielle doit donc rester exceptionnelle au profit d’une plus grande consommation de produits frais, fruits et légumes de saison et plats maison riches en bons nutriments (antioxydants, minéraux et vitamines).

2) Trop de sel dans l’alimentation = plus de risque de cancer

Crédits : Pixabay/Onefox

Le Fonds International pour la Recherche sur le cancer (WCRF/AICR) est formel : en combinaison avec d’autres facteurs, le sel favorise les risques de développer un cancer de l’estomac. En excès, il a en effet un impact néfaste sur notre muqueuse gastrique. Le problème, c’est qu’avec notre alimentation ultra-transformée et nos mauvaises habitudes, on dépasse largement la dose maximale de cinq grammes quotidiens conseillée par l’OMS.

3) Une alimentation trop riche en viande rouge augmente aussi les risques de cancer

Crédits : iStock

Les carnistes ne vont pas aimer cela ! La viande rouge est partout dans les classiques de la cuisine française : boeuf, agneau, mouton, cheval, chèvre, veau et porc cuits ou crus sont des mets communs chez les gastronomes. Sauf que pour le Centre International de Recherche sur le Cancer (ou CIRC, une agence de l’OMS), la viande rouge est un “cancérigène probable” (cancer colorectal, cancer de la prostate, cancer du pancréas…). Cela est sans doute lié à une teneur élevée en fer héminique. En effet, il augmente la production de molécules inflammatoires ainsi que de radicaux libres. La recommandation pour limiter certains cancers : ne pas dépasser 500 g par semaine et alterner avec des oeufs, des viandes blanches et du poisson.

4) Trop de cuisson

Crédits : paulprescott72

Les aliments, c’est une chose, la manière dont on les cuit en est une autre ! Une cuisson à haute température à la poêle, à la friteuse ou encore au four (au-delà de 250°) peut altérer notre ADN, car cela provoque la formation de substances mutagènes. Les amines hétérocycliques (AHC) d’une viande trop saisie ou les acrylamides de la friture sont plus particulièrement dans le viseur. En plus, de nombreux aliments du commerce tels que les chips, frites et autres biscuits industriels sont touchés à cause de leur mode de préparation. La seule solution est donc de bien surveiller ses cuissons ! Si un aliment frit est doré, ne le laissez par exemple pas cuire plus longtemps.

5) D’ailleurs, attention à la cuisson au barbecue

Crédits : PxHere

Notre cuisson favorite de l’été est aussi celle qu’il vaudrait mieux limiter ! En effet, la combustion des graisses par ce biais relâche des composés polluants et nocifs pour la santé comme l’acrylamide,  les amines hétérocycliques ou encore les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) qui sont même absorbés par la peau selon une étude chinoise publiée dans la revue Environmental Science & Technology le 23 mai 2018. Pour limiter les dégâts, gardez une distance de minimum 10 cm avec les braises. Par ailleurs, recouvrez le foyer d’un tapis de cendres et n’excédez pas un ou deux barbecues par semaine. Le nettoyage de la grille devra aussi être fait après chaque utilisation pour supprimer les résidus néfastes.

6) Un excès de charcuterie

Crédits : Pixabay/MagicFairy

Elle cumule les mauvais points. Déjà, elle est souvent à base de viande rouge dont nous avons évoqué les dangers plus tôt. Ensuite, c’est un aliment très transformé dans lequel on retrouve de nombreux additifs tels que les sels nitrités, mais aussi des amines hétérocycliques cancérogènes pour les charcuteries cuites à haute température. Pour l’OMS, pas de doute, la charcuterie est un “cancérigène certain pour l’être humain” et la consommation de 38 g par jour et par Français est plus qu’abusive. Du coup, préférez garder ces aliments pour les grandes occasions ! Limitez votre consommation au strict minimum pour ne pas augmenter vos risques de souffrir du cancer colorectal ou cancer de l’estomac.

7) Bouder les produits laitiers

Crédits : Pixnio

Nos amis pour la vie ? Difficile de le savoir tant les informations contradictoires fusent au sujet de ces produits. Aujourd’hui, le désamour est de mise chez de nombreux Français. Pourtant, si l’on en croit l’Institut national du Cancer (INCa), consommer des produits laitiers au cours de la journée (trois par jour) serait un “facteur favorable à la prévention du cancer colorectal“. En outre, cela aurait un effet positif sur la multiplication des cellules cancéreuses au niveau des parois intestinales.

Remplacez ces aliments par les meilleurs aliments anti-cancer ou du brocoli anti-cancer bien cuisinés.