in

Souci et pâquerette, deux plantes indispensables

Crédits : mescioglu / iStock

Le souci des jardins (Calendula officinalis) et la pâquerette sont des plantes que l’on trouve souvent dans nos jardins. En effet, ces plantes peuvent très bien pousser un peu partout, c’est pour cela qu’on en voit régulièrement. En plus de nous être communes, elles ont des vertus très bénéfiques si l’on veut se soigner de manière plus douce et naturelle. 

Les bienfaits de la pâquerette

La pâquerette est commune et plutôt abondante. Elle peut aussi se manger (eh oui, crue comme cuite). C’est une grande source de vitamine C. Par ailleurs, elle peut être utilisée afin de soulager différents maux du quotidien comme des petites plaies, la toux ou pour soigner des ecchymoses. On pourra l’utiliser en usage interne comme externe.

En usage interne, en infusion environ 3 fois par jour. Elle a différentes fonctionnalités : elle est détoxifiante, elle peut augmenter la sécrétion urinaire et elle est aussi sudorifique. De plus, elle favorise l’expulsion du mucus, elle agit contre la fièvre et c’est un stimulant général. Très bonne contre l’asthme, les laryngites, bronchite, elle consolide les défenses immunitaires et peut aussi agir comme calmant.

En usage externe, en teinture mère sur une compresse, elle permet de résorber les ecchymoses,. Mais aussi, elle est anti-inflammatoire et bactéricide. La décoction de pâquerettes est, de plus, très efficace contre les peaux irritées, les petites plaies ou les petits boutons. Elle est aussi un bon remède naturel pour nos animaux. En effet, elle sera utile pour leurs plaies légères ou leurs différents problèmes de peau.

Paquerettes
Crédits : cser47 / Pixabay

Le souci des jardins (Calendula Officinalis)

Si vous ne voulez pas agresser votre peau, cette plante est faite pour vous ! Facile d’entretien et peu exigeante, elle pousse assez facilement. Le calendula possède de nombreuses propriétés cicatrisantes, apaisantes et antiseptiques. Il est aussi calmant, diurétique et s’utilise en usage interne comme externe. En usage interne, en infusion, il calme les inflammations ou les petites douleurs. En usage externe, il sera très efficace contre les ulcères, plaies, abcès, eczéma, dartres, acné, brûlures ou les irritations cutanées. Il sera aussi efficace contre les verrues en utilisant directement la fleur fraîche écrasée dessus.

Voici une manière d’utiliser cette plante d’après le livre Traitement des maladies par les plantes du docteur Jean Valnet :

Pour un usage interne, en infusion, il faut mettre deux cuillères à café de fleurs dans une tasse d’eau bouillante. Ensuite, laisser infuser 10 minutes. Une fois que cela est fait, vous pouvez prendre une tasse avant chaque repas. Pour la décoction, il est préconisé de mettre 30 g de fleurs par litre d’eau. Si l’on boit les décoctions, il faut faire une cure de 5 tasses par jour pour une meilleure efficacité. En usage externe, on utilise 2 poignées de fleurs par litre. On les laisse bouillir pendant 10 minutes. On peut ensuite utiliser cette préparation en compresses pour les plaies, les brûlures, l’eczéma…

Calendula
Crédits : Hans / Pixabay

Recette de nettoyant pour les mains au calendula

Le souci des jardins est un très bon nettoyant naturel pour les mains. Voici une recette d’après le livre Vivre à la campagne, de Dick et James Strawbridge. Pour cela, vous aurez besoin de gros sel, de fleur de calendula et d’un macérât de calendula. Un macérât est issu du processus de macération d’une plante sèche. Ici, les fleurs de calendula seront séchées puis disposées dans une bouteille. On les recouvre d’huile végétale neutre, puis on laisse macérer 2 semaines jusqu’à ce que l’huile ait une belle teinte orange.

  • Déposez au fond d’un bocal une couche de 5 cm de gros sel
  • Mélangez le sel avec un peu de fleurs de calendula séchées puis recouvrez avec le macérât de calendula
  • Prenez une petite quantité de la mixture, malaxez-la entre vos doigts puis utilisez-la comme un savon normal, et rincez à l’eau chaude.

Ces deux plantes ont les mêmes propriétés anti-inflammatoires. Par ailleurs, elles existent aussi en baume que vous pouvez faire maison ou en huile que l’on trouve dans le commerce. L’huile permettra une application sur les courbatures ou en massage par exemple. Ces deux plantes sont indispensables si l’on s’intéresse à la phytothérapie et aux remèdes naturels. Elles sont pleines de richesses et n’ont pas fini de nous servir de manière bénéfique.