in

Savon de Marseille : 5 astuces de marseillais pour reconnaître le vrai

Crédits : Flickr/Alvaro

La Cité phocéenne nichée dans les Bouches-du-Rhône recèle de nombreux trésors et son fameux savon est l’un des meilleurs. Hypoallergénique, antiseptique, bactéricide et biodégradable, ce savon naturel lavant et nettoyant sait tout faire. Outre pour la lessive au savon de Marseille, il peut servir de dentifrice, traitement des crampes, détachant, produit vaisselle… Le souci, c’est qu’à moins de venir de Marseille et donc de pouvoir trouver ce produit fabriqué traditionnellement facilement, on peut vite se heurter aux 90 % de contrefaçons vendues dans le commerce ! En effet, cette appellation n’est pas contrôlée et laisse la porte ouverte à tous les abus, alors comment reconnaître le vrai savon de Marseille ? C’est facile, on vous dit tout ici !

Voici des astuces pour reconnaître le véritable savon de Marseille !

1) Un savon riche en huiles végétales

Sa formule est réglementée depuis le XVIIe siècle avec deux ingrédients très simples : 72 % d’huile d’olive et 28% de soude caustique. Depuis, la formule a évolué, mais un vrai savon de Marseille contiendra toujours 72% d’huile végétale (huile de coprah, coco, palme ou bien sûr l’huile d’olive traditionnelle), mention qui doit impérativement apparaître sur le savon (tout comme le nom de la savonnerie qui l’a fabriqué). Pour des raisons écologiques, il est cependant conseillé d’acheter un savon sans huile de palme.

2) La liste des ingrédients est simple

Le savon ne doit pas contenir plus de six ingrédients naturels. De ce fait, une liste INCI à rallonge doit vous mettre la puce à l’oreille. Normalement, on n’y retrouve aucun colorant (les E1 + numéros ou CI + numéros sur l’étiquette) ni aucun additif chimique ou de la glycérine ! Il est aussi sans conservateur et sans colorant. Autre point important, il ne doit contenir aucune graisse animale. Or, 80% des savons de Marseille industriels du commerce en contiennent. Si vous voyez « sodium lardate » (graisse de porc) ou « sodium tallowate » (graisse de bœuf) sur l’étiquette ou aucune mention de l’origine 100% végétale de l’huile, méfiance ! C’est un point important. En effet, un savon à la graisse animale n’aura pas les mêmes propriétés qu’un savon à base d’huile végétale, notamment sur le plan dermatologique ou l’entretien de la maison (lessive maison, etc.) !

3) Une couleur et une forme bien définie

En général, le savon de Marseille est un gros cube (le plus souvent de 600 g). Néanmoins, on peut aussi le retrouver sous la forme de paillettes pour faciliter la préparation de produits ménagers et esthétiques. Cela évite de devoir le râper ! Niveau couleur, on oublie les savons rouges, jaunes, violets… Le vrai est soit vert ou brun s’il est à l’huile d’olive ou encore blanc s’il est à l’huile de palme, l’huile de coco ou de coprah.

4) Portez-le à votre nez

À part son odeur caractéristique, le savon de Marseille ne sent rien de particulier, car il ne contient pas de parfum. Les savonnettes parfumées à la lavande, à la rose, au miel… ne sont que des produits dérivés parfumés. Le vrai savon de fabrication traditionnelle est sans parfum !

5) Une consistance solide

Le savon de Marseille est très dur. Quand on l’utilise, il ne fond donc pas pour se transformer en tas pâteux comme les faux savons industriels qui l’imitent. En effet, il fond difficilement lorsqu’on l’utilise à basse température. Enfin après utilisation, le vrai savon de Marseille sèche et craquelle ! Même avec des crevasses, il se garde cependant très longtemps et ses propriétés restent bien sûr intactes.

Tous ces indices sont parfaits si on ne peut pas aller l’acheter directement dans une savonnerie marseillaise auprès d’un maître savonnier !