in

5 remèdes naturels pour vite arrêter un nez qui saigne

Crédits : iStock

L’épistaxis désigne plus simplement le saignement de nez, une microhémorragie bénigne au sein des fosses nasales. Que ce soit à cause d’un air trop sec, d’une infection ou inflammation (rhume, rhinite, etc.), de l’hypertension artérielle, d’une complication ou manifestation de maladie, de la prise d’anticoagulants ou encore après un traumatisme, les causes des saignements de nez sont nombreuses et variées, et devront donner lieu à une consultation médicale s’ils surviennent fréquemment. En attendant, il est toujours rassurant de savoir comment bien réagir pour arrêter rapidement un nez qui saigne. En effet, ce n’est pas forcément douloureux, mais c’est particulièrement gênant et désagréable. Alors, quels sont les bons réflexes à avoir et les remèdes naturels à utiliser si le saignement ne s’arrête pas ? Grand-mère vous dit tout !

1) Mettre la tête en avant ou vers l’arrière quand son nez saigne ?

saignement nez qui saigne
Crédits : iStock /Jehsomwang

Disons-le clairement : il ne faut jamais pencher la tête vers l’arrière ! En effet, cela a pour effet de laisser le sang couler dans la gorge. Or, cet écoulement peut alors occasionner des nausées et vomissements, le tout sans arrêter le saignement. La bonne manœuvre consiste à se moucher le nez en douceur une fois pour supprimer les éventuels caillots de sang. Ensuite, penchez-vous vers l’avant et respirez calmement par la bouche. Avec vos doigts, appuyez sur le point de compression sous l’os du nez et restez dans cette position 10 minutes précisément. Il faut au moins 7 minutes au sang pour coaguler, alors respectez bien les 10 minutes préconisées pour une meilleure efficacité.

Au besoin, recommencez la compression 10 minutes de plus si le sang continue de couler.

2) De la glace pour calmer le saignement nasal

La glace et plus généralement le froid ont pour effet de provoquer une constriction des vaisseaux sanguins. Cela permet ainsi de réduire naturellement le saignement dans la muqueuse nasale. Pour ce faire, appliquez la glace au niveau du centre du visage, au-dessus du nez.

3) De l’huile essentielle pour arrêter un nez qui saigne

ciste - Cistus ladanifer
Crédits : iStock

Les huiles essentielles trouvent une utilité dans de très nombreuses situations, même quand votre nez saigne ! En effet, l’huile essentielle de ciste ladanifère possède des propriétés antihémorragiques liées à ses cétones monoterpéniques (agents cicatrisants) et des carbures monoterpéniques (agents hémostatiques). Elle est en outre très facile à utiliser : versez-en deux gouttes sur un mouchoir, un coton ou un tissu et formez une mèche. Introduisez-la doucement dans la narine et comprimez la narine. Après 3 minutes, retirez la mèche en douceur pour ne pas arracher les croûtes de cicatrisation.

4) Le citron contre l’écoulement nasal sanguin

En plus d’apporter son pouvoir désinfectant, il va aider la muqueuse nasale à cicatriser. Cela va ainsi aider à arrêter le saignement. Il suffit ici d’imbiber un linge, un coton ou un mouchoir avec du jus de citron frais et de former une mèche. Ensuite, glissez-la dans la narine qui saigne et comprimez-la doucement pendant quelques instants. Cela devrait vite calmer le saignement. Gardez la mèche en place une heure, puis retirez-la doucement pour ne pas provoquer un nouveau saignement.

5) Le lierre terrestre à la rescousse

lierre terrestre Glechoma hederacea
Crédits : PxHere

Il ne faut pas le confondre avec le lierre grimpant que l’on utilise pour faire de la lessive au lierre maison ! Il faut ici passer quelques feuilles de lierre terrestre à l’extracteur de jus ou alors à la centrifugeuse. Ensuite, imbibez une compresse stérile avec ce jus et laissez poser la mèche dans le nez pendant quelques minutes avant de la retirer délicatement. Vous pourrez ainsi profiter des bienfaits hémostatiques de cette plante !

À savoir en cas de nez qui saigne…

Dans les heures qui suivent le saignement pour éviter les rechutes :

-Attendez 12h avant de vous moucher et faites-le délicatement
Utilisez un humidificateur d’air, l’air sec pouvant empirer le phénomène (chauffage, climatisation…)
-N’utilisez pas d’aspirine
-En cas de toux et d’éternuements, toussez ou éternuez avec la bouche ouverte
-Limitez les changements d’altitude brusques (ex. l’avion), les efforts intenses (notamment le port de charges lourdes) et le stress
-Et surtout, évitez de toucher ou manipuler votre nez ! Cela risque en effet de l’irriter, et donc d’entraîner une récidive.

nez qui saigne saignement écoulement de sang par les fosses nasales
Crédits : iStock

Et surtout, surveillez l’évolution du saignement. Consultez si :

-Si le saignement ne s’arrête pas au bout de 12 h ou qu’il résulte d’un traumatisme grave
-En cas de saignement abondant qui atteint l’arrière-gorge
-S’il y a un risque hémorragique (prise d’un anticoagulant ou antiagrégant plaquettaire et hémophilie)
-Si le saignement s’accompagne de symptômes inquiétants : sueurs, malaise, pâleur, pouls rapide, état de choc, etc.

Rappelons en outre qu’il vaut mieux consulter un médecin aussi pour une personne âgée fragile, et notamment pour un patient souffrant d’anémie chronique ou d’une maladie cardiovasculaire.