in

10 règles à suivre absolument pour éviter les mycoses vaginales

Crédits : iStock

Liée au développement du champignon candida albicans, et donc à ne pas confondre avec la vaginose, la mycose vaginale est une infection gynécologique très commune. En effet, 75 % des femmes seront touchées au moins une fois dans leur vie. La plupart du temps bénigne, elle s’accompagne toutefois de nombreux symptômes pour le moins désagréables : démangeaisons, pertes blanches abondantes, sensations de brûlure, douleurs pendant les rapports, etc. Et malheureusement, les récidives ne sont pas rares, d’où la volonté de trouver des solutions pour prévenir son apparition. Il existe en effet de nombreux remèdes naturels pour venir à bout de cette infection vaginale. Cependant, le mieux reste encore de prendre des mesures au quotidien pour éviter les mycoses vaginales. En voici quelques-unes !

1) Bien choisir son mode de contraception

Crédits : iStock

La contraception peut avoir une incidence sur la sexualité, et plus particulièrement sur la lubrification vaginale. Cela peut donc favoriser les frottements pendant l’acte sexuel, conduisant alors à des lésions propices au développement d’une mycose. Cela modifie également votre équilibre hormonal, ce qui peut aussi favoriser les infections à levures. En cas de mycose vaginale récidivante, la question du changement de contraception doit donc se poser. Stérilet, pilule, implant… Discutez-en avec votre médecin, gynécologue ou sage-femme sans attendre. Un professionnel saura en effet vous aiguiller sur la bonne dose d’oestrogènes et progestérone pour maintenir un bon équilibre.

2) Du bon usage des gants de toilette et serviettes

gants de toilette serviettes douces
Crédits : Pixabay/CongerDesign

Le gant de toilette est un nid à microbes, et peu donc favoriser les mycoses vaginales si vous ne le changez pas à chaque utilisation. Une main propre peut toutefois le remplacer haut la main ! Quant aux serviettes, elles s’utilisent propres et sans frotter. En faisant un mouvement de tapotement plutôt que de frottement, le séchage sera plus doux. Votre vulve sera ainsi mieux préservée !

3) Bannir la toilette interne et/ou excessive

mycose vaginale candida champignons
Crédits : iStock

Il convient de rappeler que l’hygiène excessive est très dommageable pour la flore vaginale. Faire plus d’une ou deux toilettes intimes par jour peut donc occasionner des démangeaisons et des odeurs désagréables, celles-là mêmes que vous pensiez arrêter ou éviter avec un “récurage” fréquent ! En outre, chercher à trop nettoyer et notamment à l’intérieur du vagin (qui se nettoie et se régule seul) est le meilleur moyen de le déséquilibrer avec le pH inadéquat de l’eau et des produits de toilette. Cela va donc créer un terrain favorable aux mycoses et vaginoses. La toilette intime doit rester externe en toute circonstance.

4) Ne pas utiliser n’importe quoi

savon au fiel de boeuf biliaire détachant naturel
Crédits : iStock

Bannissez l’usage de produits désinfectants qui altèrent votre flore vaginale fragile. En effet, il est tout à fait possible d’utiliser de l’eau, ce qui est amplement suffisant pour dissoudre les sécrétions vaginales. Si vous avez besoin d’utiliser un nettoyant, oubliez le savon solide qui constitue l’un des pires nids à microbes de la salle de bain. Un savon liquide en flacon, idéalement sans parfum, sera plus doux et hygiénique.

5) Éviter les bains pour éviter les mycoses vaginales

serviette bain douche poitrine
Crédits : iStock

En cas de mycoses vaginales récidivantes, le fait de prendre des bains n’est pas idéal. Le fait de baigner trop longtemps dans l’eau et les produits moussants va en effet assécher l’épiderme et les muqueuses déjà fragilisées. Mieux vaut donc prendre une douche de courte durée, notamment si la mycose est déclarée. Elle sera bien moins asséchante au quotidien.