in

Quelles protections hygiéniques utiliser ?

Crédits : Istock

Chaque mois, les femmes subissent quelques jours parfois douloureux pendant leurs règles. Pertes légères ou règles abondantes, crampes… chaque personne est différente et vivra cette période du mois à sa manière. Le choix de la protection hygiénique varie donc aussi selon le flux et l’envie des femmes. Voici donc différentes protections hygiéniques et leurs caractéristiques afin de choisir celle qui vous conviendra le mieux.

Les tampons

C’est un dispositif absorbant le flux sanguin. Il est jetable et agrémenté d’un voile de coton. Pour le porter, il faut l’insérer dans le vagin afin d’absorber le sang. Ce n’est donc pas très pratique pour le changer, mais il est très efficace et sa taille varie en fonction du flux. De plus, le tampon est beaucoup utilisé pour la piscine, mais aussi, car les personnes ne ressentent généralement pas de gêne ou d’inconfort en en portant.

tampons règles
Crédits : Istock

Sa composition est en viscose mélangée au coton. Il existe cependant des tampons biologiques ni blanchis, ni avec du chlore ni du parfum. Cela limite donc les irritations les les démangeaisons causées par ces substances chimiques irritantes. C’est donc une bonne alternative si vous voulez une composition plus respectueuse de l’environnement. Cependant, même sans produits chimiques, ils restent quoi qu’il en soit jetables et produisent donc beaucoup de déchets.

Les serviettes hygiéniques

C’est une protection hygiénique très connue et utilisée chez les femmes. Elle est plus ou moins épaisse selon les modèles et permet d’absorber le flux sanguin. L’avantage est qu’elle s’applique facilement : il suffit de la coller à son sous-vêtement ! C’est donc très pratique pour la changer la journée.

Cependant, beaucoup de femmes ont révélé ne pas se sentir à l’aise parfois, car elles sentent leur flux. Pour éviter les fuites, il faut donc choisir le modèle adapté à son flux. C’est tout de même un moyen très efficace pour absorber les menstruations. Autre problème : la piscine. En effet, ces protections hygiéniques ne sont pas adéquates pour se baigner, c’est donc très gênant.

serviettes hygiéniques
Crédits : Istock

Pour finir, impossible de ne pas mentionner la composition de la serviette. Matières synthétiques, plastiques, fibres de bois… Tout comme les tampons industriels, les serviettes sont aussi composées de parfum, de colorant, de phtalates et de gel absorbant. Ce n’est donc absolument pas une composition naturelle. Il existe toutefois des serviettes hygiéniques 100 % bio avec du coton, mais ce sont toujours des serviettes jetables. Cela reste malgré tout une très bonne alternative pour avoir une meilleure composition.

Les serviettes hygiéniques lavables

Marre de jeter tout le temps ? Ras-le-bol de la mauvaise composition de la serviette hygiénique ? C’est là que les serviettes lavables entrent en jeu. C’est presque la même chose physiquement qu’une serviette classique, car c’est une protection externe. Elle s’applique donc facilement, mais on ne peut toujours pas se baigner avec. Et contrairement à celles de nos grands-mères, ces protections périodiques sont plus modernes et discrètes !

Son petit plus, c’est que la serviette lavable se réutilise. Il suffit de la laver soit à la main avec de l’eau froide et du savon, soit à la machine à 30°C. Cela permet donc de diminuer les déchets sans avoir à s’inquiéter de sa composition.

serviettes hygiéniques lavables
Crédits : Istock

Elles sont généralement composées à la main avec du tissu et permettent d’absorber le flux. La question que beaucoup de gens se posent est : est-ce que cela absorbe vraiment bien ? Encore une fois, tout dépend du flux, et de l’épaisseur de la serviette. On peut justement l’adapter et avoir des serviettes pour flux important et pour flux moyen. Grâce à ça, pas de risque d’être gênée la nuit ou au travail.

La coupe menstruelle : l’une des nouveautés des protections hygiéniques

La coupe menstruelle ressemble à une cloche siliconée. Contrairement aux tampons et serviettes, elle n’absorbe pas le sang, mais le retient à l’intérieur du vagin. Pour l’utiliser, il faut prendre ses précautions. Il faut la stériliser et se laver les mains avant son insertion. Il faudra ensuite la plier en deux afin de l’introduire à l’intérieur du vagin. Pour la retirer, il suffit de tirer délicatement. Elle retient plus de sang que le tampon en absorbe, c’est donc très pratique. De plus, on peut la laisser entre 4 heures et 8 heures, sans avoir de fuite.

C’est donc assez difficile d’utilisation, mais cet objet réutilisable est respectueux de l’environnement. Il faut cependant faire attention à bien la laver.

coupe cup menstruelle règles
Crédits : Pixabay/PatriciaMoraleda

Il existe différentes tailles, pour que les personnes s’adaptent à l’utilisation de la coupe menstruelle, qui n’est pas forcément évidente au début, en plus de son hygiène stricte. C’est cependant un objet très écologique et économique que de nombreuses personnes utilisent. C’est notamment un avantage pour la piscine, car comme les tampons, on peut se baigner avec ses règles. Attention, comme avec le tampon, il ne faut pas excéder 8h de port pour limiter les risques de syndrome du choc toxique.

La culotte menstruelle comme nouvelle tendance pour les protections hygiéniques

C’est la nouvelle tendance du moment ! Cette culotte est très pratique et appréciée durant le cycle menstruel. Cependant, il reste encore des femmes qui hésitent à sauter le pas.

La culotte menstruelle est pourtant tout simplement une culotte dotée d’une partie à l’intérieur de son tissu qui permet d’absorber le sang. C’est le même principe que la serviette lavable, mais sous un autre format. Elle est écologique, sans odeur ni humidité. Cependant, on ne peut pas l’utiliser pour se baigner.

culotte menstruelle
Crédits : Istock

Pour la laver, c’est toujours le même principe : à l’eau froide, ou à 30°C en machine. La culotte peut absorber le sang jusqu’à 12 heures, de quoi être tranquille la nuit comme au travail. Il existe de plus différentes formes de culottes, avec des couleurs, de la dentelle… L’objectif étant que ce soit comme notre culotte habituelle, mais avec une capacité d’absorption en plus.