in

Alimentation et migraines : Voici les aliments déclencheurs ou préventifs

Crédits : iStock

Facteurs environnementaux, stress, manque de sommeil, voire insomnie, effort physique, odeurs, lumière… La migraine connaît de nombreux facteurs déclenchants pouvant augmenter la fréquence des crises de migraine intenses. Pour éviter une crise migraineuse et les symptômes désagréables associés (douleur pulsatile d’un seul côté de la tête, troubles visuels douloureux, nausées et vomissements, fourmillements, brûlures, vertiges…), il est donc important de savoir identifier ces éléments. Cela peut en effet permettre d’éviter d’avoir recours à un traitement médicamenteux contre la migraine et de toujours devoir avoir des anti-inflammatoires et antalgiques sur soi (paracétamol, ibuprofène…). Or, certains aliments sont connus pour déclencher ou apaiser les migraines. Voici lesquels peuvent prévenir et atténuer les symptômes et espacer les crises sévères !

Un lien entre les aliments et les migraines intenses ?

casse tête cuisine mal de tête migraine aliments
Crédits : iStock

Vous connaissez peut-être déjà la céphalée de la crème glacée qui survient à la consommation de glaces ! Néanmoins, le lien entre alimentation et migraines pourrait être plus insidieux. En effet, 15% de la population française souffre de migraines. Parmi toutes ces personnes, on estime que seuls 10% des personnes en souffrant seraient sensibles au facteur alimentaire. C’est assez peu, mais il faut aussi rappeler que ce sujet reste hautement controversé au sein de la communauté scientifique et que les mécanismes liés à la survenue des migraines conservent une part de mystère. Par exemple, la réaction à l’aliment n’est pas forcément immédiate suivant les personnes.

Si vous souffrez de cette pathologie et que vous avez un doute quant à un éventuel lien entre aliments et vos migraines, nous vous conseillons de tenir un journal de bord alimentaire. Répertoriez-y ce que vous mangez ainsi que des symptômes associés pour aider à identifier l’aliment coupable.

L’alimentation favorisant les migraines douloureuses

manger du chocolat noir
Crédits : iStock

La déshydratation comme le fait de rester à jeun ou la faim peuvent accroître l’incidence des migraines. Sur le plan du régime alimentaire, des repas trop riches en gras ou en viandes sont aussi souvent considérés comme des facteurs déclencheurs. L’alcool est quant à lui le seul aliment sur lequel il y a consensus pour la plupart des migraineux. Si le vin blanc est généralement bien toléré, le vin rouge et la bière sont quant à eux des déclencheurs bien connus. Les boissons gazeuses à l’aspartame sont également connues pour altérer l’humeur et donner des maux de tête. Néanmoins, ces aliments peuvent aussi provoquer des maux de tête :

-Aliments riches en gluten en cas d’intolérance
Chocolat
-Fromage, notamment les fromages vieillis
-Poissons fumés et viandes salées (plus particulièrement la charcuterie et les saucisses contenant du nitrite)
-Tomates, fruits acides (citron, orange, etc.) ou fruits frais contenant des composés à l’origine d’une libération d’histamine (banane, framboise, orange, raisin ou encore prune)
-Aliments fermentés (choucroute, kéfir, pain au levain…)
Glutamate de sodium (exhausteur de goût) dans les conserves, plats surgelés et mets asiatiques (sauce soja, etc.)
-Fruits secs comme les noix ou noisettes dont les composants antistress peuvent avoir des effets secondaires pouvant provoquer des céphalées

Les aliments préventifs face aux migraines

aliments sains fruits légumes gras malsains matières grasses santé
Crédits : iStock

Malheureusement, il n’existe pas de « régime antimigraineux » à proprement parler. Toutefois, certaines lignes directrices peuvent avoir un impact sur la survenue des crises. Il est notamment conseillé de suivre un régime alimentaire sain et équilibré et de surveiller sa courbe de poids pour éviter un surpoids. En outre, la consommation de produits frais et le fait maison permettent de limiter les risques d’être exposés à des conservateurs, arômes artificiels ou levures pouvant favoriser les migraines. L’Association of Migraine Disorders conseille aux patients migraineux de consommer :

Plusieurs petits repas dans la journée plutôt que trois grands repas pour maintenir des niveaux stables de sucre dans le sang et limiter la sensation de faim
Une grande quantité de fruits et légumes frais (carotte, chou-fleur, courgette, etc.) et de la sauce salade maison (huile, vinaigre blanc, etc.) sur la salade
-Des graines (citrouille, sésame, tournesol)
-Des viandes en quantité mesurée (agneau, bœuf frais, dinde, poisson, poulet, porc ou veau)

Le café : bonne ou mauvaise idée ?

nettoyer machine à café à dosettes
Crédits : PxFuel

Le café bien serré est souvent conseillé pour atténuer les migraines. Parfois, on conseille d’y ajouter du sel et du jus de citron pour plus d’efficacité. En outre, de nombreux médicaments antimigraineux sans ordonnance en pharmacie contiennent de la caféine. Néanmoins, ces moyens de soulager les migraines posent question. En effet, la caféine dans le café, le thé et les sodas déshydrate. Or, la déshydratation favorise les migraines ! L’excès de café ou au contraire sa diminution brutale peuvent aussi causer des maux de tête. De ce fait, on peut se demander si la caféine est réellement bonne pour réduire les symptômes de la migraine. Si vous consommez de la caféine régulièrement, tenez-vous à 100 mg, voire 200 mg maximum par jour pour les gros consommateurs.

En définitive, les aliments peuvent jouer un rôle de prévention, soulagement ou déclenchement des migraines même si leur rôle est souvent variable et opaque. C’est ici que consulter un médecin, neurologue et/nutritionniste peut s’avérer utile pour un accompagnement complet.