in

Mesdames, voici 9 erreurs d’hygiène intime à ne plus jamais commettre !

Crédits : iStock
4.1/5 - (44 votes)

Avoir une bonne hygiène intime est très important pour éviter les désagréments tels que des démangeaisons, une sécheresse vaginale, des sensations d’inconfort, des brûlures, des infections vaginales ou des irritations. Même chose pour l’alimentation qui se doit d’être soignée pour éviter les problèmes de sécheresse et de prolifération de mycoses, par exemple avec des probiotiques riches en lactobacilles, de bonnes bactéries pour l’équilibre de la flore intime. Le problème, c’est que croyant bien faire, on se met à adopter des habitudes qui ne rendent pas service à cette zone dont l’équilibre est fragile. Au final, la flore vaginale en est donc mise à mal et peut plus facilement souffrir de mycoses… tout ce que l’on ne veut pas ! Voici 9 erreurs d’hygiène intime à ne plus jamais commettre.

1) Ne pas s’essuyer correctement, parmi les erreurs d’hygiène intime les plus communes

Crédits : iStock

C’est le geste quotidien le plus élémentaire, mais de nombreuses femmes ne savent tout bonnement pas le faire comme il faut… Pour limiter autant que possible les risques d’infections, il est important de s’essuyer de l’avant vers l’arrière. Par ailleurs, inutile de frotter violemment ! Tamponner la zone suffit amplement (votre vulve fragile vous remerciera).

2) Zapper le passage par les toilettes après les rapports sexuels

Crédits : iStock

Uriner après avoir eu un rapport sexuel permet de laver l’urètre en le débarrassant des germes introduits et remontés au moment de la pénétration. Ce geste simple permet d’éviter les infections.

3) Croire que le vagin est une zone sale et honteuse qu’il faut récurer à tout prix

entrejambe vagin sexe femme
Crédits : iStock

Certaines n’hésitent pas à décaper cet écosystème bien pensé, le rendant ainsi plus vulnérable aux infections et autres odeurs désagréables que le déséquilibre causé va engendrer. Car oui, le vagin est une zone fragile avec son propre équilibre naturel qui ne supporte pas les douches vaginales qui s’apparentent à des recurages intensifs aussi inutiles que nuisibles.

Au Panthéon des mauvaises idées pour nettoyer son entrejambe, on retrouve l’utilisation du gant de toilette qui est un nid à humidité et donc à germes. Puis l’on retrouve les poires vaginales pour se nettoyer l’intérieur à l’eau, un geste qui ne peut que mal finir quand on sait que l’eau a un pH de 7 et le vagin un pH légèrement plus acide de 4 ! Un nettoyage sommaire de la partie externe seulement avec de l’eau et savon au pH acide (ou au pH basique pour les vulves à problèmes d’irritations, de sécheresse, de fissures) est plus que suffisant. En conclusion : laissez votre vagin tranquille, il ne vous a rien fait ! C’est donc l’une des pires erreurs d’hygiène intime que de trop vouloir en faire !

4) Vous utilisez n’importe quoi pour votre toilette intime

Crédits : iStock

Ne vous laissez pas avoir par les promesses mirobolantes des packagings ! Pour cette zone, privilégiez le sans parfum et les formules simples de pharmacie qui sont testées dermatologiquement et avec une haute tolérance. Le tout doit bien sûr être hypoallergénique. On oublie donc l’utilisation du gel douche que vous utilisez sur le corps. Il n’a en effet rien à faire au niveau de votre entrejambe. Optez dans la mesure du possible pour des protections hygiéniques bio ou la coupe menstruelle ! Et pour les fissures et les irritations, rien ne vaut l’application d’une pommade au calendula.

5) Dormir avec un tampon

Crédits : Wikimedia Commons

Pour ne pas être embêtées ou avoir chaud, certaines femmes pensent avoir trouvé la solution : dormir avec un tampon. Seulement voilà, les tampons se gardent quatre heures grand maximum sous peine de favoriser le syndrome du choc toxique ! Avec le tampon, la toxine TSST-1 colonise en effet plus facilement le vagin puis commence à circuler dans les muqueuses de l’utérus avec des conséquences désastreuses à la clé. Et sachez que cela concerne aussi une coupe menstruelle al nettoyée ou gardée trop longtemps.

6) Porter quotidiennement des protège-slips

protections hygiéniques tampons cup coupe menstruelle serviette

Le fait d’en porter tous les jours est néfaste à plusieurs égards. Outre le fait que cela fasse de nombreux déchets et qu’ils ne servent pas à grand-chose, ils sont recouverts de produits chimiques blanchissants et désinfectants qui sont loin d’être inoffensifs pour la peau. Par ailleurs, à cause du manque d’aération, les germes macèrent et tout cela peut dégénérer en cystite. Aussi, la meilleure chose à faire reste de changer simplement de culotte tous les jours !

7) Utiliser des lingettes

Crédits : xiuzen1987/Pixabay

Ici, même combat que pour les serviettes hygiéniques et les récurages de vagin ! On est tellement à l’affût de la moindre odeur que l’on utilise ces lingettes bourrées de produits irritants que même la peau du corps supporte mal : parfums agressifs, ingrédients blanchissants et désinfectants, etc. Et vu que l’on ne rince pas, ces produits restent sur la vulve… une catastrophe ! Pour vous rafraîchir, optez plutôt pour un brumisateur d’eau et finissez en tamponnant avec du papier toilette.

8) Vous faites de l’automédication

Crédits : PxHere

Vous ressentez une irritation ou des démangeaisons et vous voilà déjà en pharmacie en train d’acheter une ovule contre les mycoses vaginales. Alors oui, il est bien pratique de pouvoir s’en acheter sans ordonnance. Toutefois, les ovules ne doivent pas être un réflexe. En effet, elles ne vous seront d’aucun secours si vous souffrez d’une vaginose ! Alors plutôt que de dépenser inutilement dans un traitement qui ne fonctionnera pas forcément en cas de pertes vaginales anormales ou de mauvaises odeurs, fiez-vous plutôt aux conseils de votre gynécologue ou médecin.

9) Vous vous épilez intégralement ou utilisez un rasoir

Crédits : iStock

Si vous n’avez aucun souci dermatologique au niveau des parties intimes, l’épilation intégrale n’est pas déconseillée. Dans le cas contraire, rappelez-vous que les poils ont une utilité ! En effet, ils ont une fonction protectrice et l’épilation intégrale pourrait augmenter les irritations. Quant au rasoir, il peut donner lieu à l’apparition de poils incarnés très douloureux au niveau de cette zone fine. En outre, il peut laisser des microcoupures où les germes pourraient s’introduire !

Source

Julie Vera, rédactrice santé

Écrit par Julie Vera, rédactrice santé

Je suis heureuse de pouvoir conjuguer mon amour du partage avec ma passion pour les remèdes naturels et les produits cosmétiques et ménagers faits maison. Prouver chaque jour que l'on peut prendre soin de soi, de son entourage, de son jardin et de ses animaux en respectant la planète est un vrai moteur et une motivation pour moi.