in

Peur du noir chez l’enfant : 8 conseils qui vont vraiment le rassurer

Crédits : iStock

Tous les enfants connaissent un jour la peur de l’obscurité et redoutent, anxieux, le moment de s’endormir. Chaque soir se transforme alors en bataille où les petits trouvent mille subterfuges pour retarder l’heure du coucher fatidique. En général, cette angoisse se renforce entre deux et cinq ans, et l’on ne sait pas toujours comment aider son enfant à passer cette épreuve et limiter les troubles du sommeil et de l’endormissement qui en découlent. Bien souvent, comprendre l’origine de cette phobie du noir chez l’enfant est un premier pas pour aider à la surmonter ses terreurs nocturnes. Voici quelques astuces et conseils de grand-mère pour rassurer votre enfant et réussir ensemble à vaincre sa peur du noir. Loin de la peur du loup, des méchants monstres et des fantômes qui guettent, votre enfant pourra enfin dormir paisiblement et surmonter ses peurs et cauchemars pendant la nuit !

Nos conseils pour vaincre la peur du noir chez l’enfant !

1) Ne pas laisser régner l’obscurité totale dans sa chambre

enfant peur du noir
Crédits : iStock

Votre enfant a peur du noir ? Il suffit d’une veilleuse, d’une petite lumière, d’une lampe de chevet ou de laisser la porte ouverte sur la lumière allumée du couloir pour transformer cette obscurité en simple pénombre. Sinon, des étoiles phosphorescentes au plafond l’inviteront à faire de jolis rêves. Vous pouvez tout à fait demander à votre enfant la solution qu’il préfère. Il faudra aussi l’aider à identifier les ressources à disposition, par exemple en laissant l’interrupteur à portée de main.

2) L’inciter à expliquer sa peur pour mieux l’apprivoiser ensemble

Quand un enfant ressent un sentiment de peur, il est conseillé de l’inciter à verbaliser ses émotions et ses angoisses. Le simple fait de poser des mots sur sa phobie va déjà un peu le soulager. Et bien sûr, avoir un vrai dialogue vous aidera à trouver les mots et solutions adéquates pour apaiser ces craintes. Il vous sera par exemple facile de lui expliquer que tous ces personnages qu’il craint n’existent pas. Les sorcières sont des personnages de conte, les tigres vivent dans la jungle et les loups préfèrent la forêt aux chambres d’enfant ! Dans tous les cas, il est important de prendre au sérieux la situation sans pour autant la dramatiser. Évitez aussi de vous y associer (“moi aussi…”) pour ne pas la renforcer. S’il fait un cauchemar, invitez-le à expliquer ses craintes, rassurez-le et laissez-le se rendormir seul une fois qu’il est apaisé.

3) Mettre en place un rituel rassurant chaque soir

rituel du soir sous le lit
Crédits : iStock

Pour préparer l’enfant à la séparation du coucher, il est important de mettre en place un rituel. Cela peut par exemple passer par le fait de lui raconter une histoire. Évitez toutefois ici de lui lire des histoires de monstres et sorcières au profit d’histoire positives et joyeuses. Ces récits lus ou chantés qui font rire ou rêver vont avoir une influence directe sur son sommeil et la teneur de ses rêves ! Vous pouvez aussi passer une musique douce et bien sûr, lui laisser ce qui l’apaise (que ce soit le doudou ou sucer son pouce). Vous pouvez aussi adopter une posture comique et théâtrale en vérifiant ensemble qu’il n’y a pas de monstres dans la chambre.

4) Apprivoiser l’obscurité avec son enfant pour combattre la peur du noir

Pour familiariser votre enfant avec son environnement nocturne, vous pouvez lui apprendre à regarder la nuit et reconnaître les éléments qui l’entourent. Vous pouvez aussi faire une promenade nocturne main dans la main dans la maison, si nécessaire avec une lampe de poche. Cela va aider à rassurer l’enfant phobique toute la nuit !

5) Imaginer une bulle protectrice et créer une atmosphère rassurante

huile essentielle de lavande
Crédits : pilipphoto / iStock

Pour le mettre dans une atmosphère apaisante, vous pouvez diffuser des huiles essentielles relaxantes (huile de lavande, petit grain bigarade, etc.), mais pas quand l’enfant est dans la chambre. Faites-le de préférence avant son coucher et pendant une dizaine de minutes maximum. Vous pouvez aussi lui laisser un vêtement imprégné de votre odeur ou parfum pour créer un sentiment de sécurité. Toutefois, vous pouvez aussi plus simplement lui faire faire un exercice de visualisation. Apprenez-lui à imaginer très fort une bulle protectrice autour du lit ou de la chambre où il sera parfaitement en sécurité. Il peut même en imaginer l’odeur, la couleur et la texture pour la rendre encore plus réelle et plus efficace contre les monstres.

6) Des exercices de respiration et relaxation

Apprendre à bien respirer quand on a peur permet de se détendre et de trouver plus vite le sommeil. Pour ce faire, expliquez à votre enfant de prendre une lente respiration, garder l’air quelques secondes puis l’expulser lentement. Puis répétez l’exercice ensemble plusieurs fois. Pour rendre ce moment plus ludique et efficace, vous pouvez aussi lui expliquer qu’il repousse les monstres loin de sa chambre à chaque expiration.

7) Lui apprendre à vaincre les monstres nocturnes

Certains parents s’amusent aussi à créer un spray anti-monstres à garder sur la table de chevet ! Vous pouvez d’ailleurs décorer la bouteille ensemble avec des dessins et des stickers rigolos. Puis versez dedans de l’eau seule ou infusée de fleurs de lavande ou de fleur d’oranger. (Attention aux ingrédients ! Pas d’huile essentielle, votre enfant pourrait en pulvériser sur lui.) Si l’enfant à peur et croit apercevoir un fantôme ou un zombie, il pourra vaporiser son spray magique pour faire fuir l’intrus ! Vous pouvez aussi lui demander de dessiner les monstres qu’il a vu pendant la nuit. Il pourra ensuite écrabouiller et jeter ces illustrations à la poubelle pour anéantir chaque méchant !

8) Ajuster son positionnement d’adulte pour aider son enfant à lutter contre sa peur du noir

rassurer enfant peur du noir
Crédits : iStock

Il est important de rester disponible pour son enfant en cas de besoin et qu’il sache qu’il peut compter sur son papa ou sa maman. Néanmoins, il faut essayer de garder le bon positionnement. Si votre enfant vous sent inquiet au coucher ou que vous venez sans arrêt vérifier sa chambre la nuit (simplement pour vérifier qu’il dort), il va penser qu’être seul dans le noir est quelque chose de négatif. Cela va donc amplifier son angoisse de séparation le soir venu. Aussi, une fois que vous avez mis en place un rituel ensemble, soyez disponible à 100% pour le rassurer, passer ce dernier moment apaisant avant de dormir, sans écran ni téléphone.

Le truc en plus : N’hésitez pas à souligner son courage et lui rappeler d’autres peurs et phobies qu’il a su surmonter. Puis laissez-lui le temps de se remémorer cette victoire sur lui-même. Cela lui donnera confiance en lui pour ne plus avoir peur de la nuit. Il comprendra ainsi qu’il n’est pas peureux et pourra passer une bonne nuit !

Peur du noir chez l’enfant : qu’est-ce que ça cache ?

monstre halloween peur terreur
Crédits : PxFuel

Bien souvent, les peurs enfantines comme la peur du noir vont au-delà d’une simple question d’imagination débordante où certains enfants s’imaginent des créatures. Seul, dans le noir, l’enfant n’a plus de prise sur son environnement. Il ne reconnaît plus les sons de la maison, devenue bien silencieuse, et il se sent alors complètement perdu. L’enfant est privé de tous ses repères… notamment ses parents ! Au final, la peur du noir renvoie surtout l’enfant aux notions difficiles d’angoisse de séparation et d’anxiété face à la solitude. Être loin de son papa et de sa maman en pleine nuit peut donc faire peur aux enfants et crée un sentiment d’insécurité.

Cela explique pourquoi votre tout petit réclame plus d’attention le soir (une autre histoire, un autre câlin, dormir dans votre chambre…). Tout est prétexte à garder ses parents à son chevet et dire avoir peur du noir est souvent un moyen de les retenir ! Cette panique témoigne donc souvent d’une envie de passer plus de temps avec ses parents. C’est donc un point à prendre en compte pour apaiser ses craintes. Vaincre ses peurs avec tout votre soutien et votre aide l’aidera aussi à grandir. En cas de grosse insomnie, certains enfants peuvent nécessiter l’accompagnement d’un psychologue. La thérapie pourra donc aider à rassurer les enfants très phobiques.