Pas assez de lait pour l’allaitement : comment stimuler la lactation ?

Bébé nouveau-né allaitement après l'accouchement mère donne le sein à son enfant lactation pas assez de lait maternel
Crédits : iStock
5/5 - (1 vote)

Beaucoup de jeunes mamans allaitantes s’inquiètent de leur production de lait. Pour diverses raisons (stress, fatigue, perte de sang élevée pendant l’accouchement, fragments de placenta restés dans l’utérus, problème médical, etc.), il peut en effet arriver que l’on constate une production de lait insuffisante lors de la tétée. Cela s’explique aussi parfois par une mauvaise succion du bébé ou une stimulation insuffisante de la lactation. Faute de cette montée de lait, le bébé peut ne pas prendre assez de poids et se déshydrater. Dans ses couches, on retrouve alors peu de selles et d’urines. Quand on n’a plus de lait maternel pour allaiter et que l’on constate une baisse de la lactation, il existe heureusement des astuces à suivre pour réussir son allaitement.

Vous pouvez en effet facilement mettre en place quelques bons réflexes pour faire monter le lait ainsi que de bonnes habitudes pour bien allaiter et s’assurer de bien rassasier son bébé.

Comment éviter de manquer de lait pour l’allaitement ?

Bien s’hydrater et soigner son alimentation

Une bonne hydratation est la base d’une bonne lactation. Assurez-vous donc de boire très régulièrement et de prendre un grand verre d’eau à chaque tétée. Pour favoriser la production de lait maternel, une alimentation équilibrée est également essentielle. Cela inclut des aliments riches en protéines, en fer, en calcium et en acides gras oméga-3. Les fruits, les légumes, les grains entiers, les protéines maigres et les produits laitiers sont à recommander.

Certains aliments peuvent également stimuler la lactation. C’est le cas de l’avoine (qui favorise la production d’ocytocine) et du fenouil (pour stimuler la production d’œstrogène et de prolactine). D’ailleurs, on retrouve souvent ce dernier dans les tisanes d’allaitement bio. On peut néanmoins s’en remettre aussi au cumin et/ou à l’anis étoilé en infusion pour contrer toute insuffisance de lait. En plus, ces plantes sont excellentes pour la santé digestive. Enfin, le malt d’orge dans la bière sans alcool ou dans la levure de bière stimule aussi la prolactine, une hormone essentielle à la production de lait maternel.

Surveillez la succion de votre nouveau-né pendant l’allaitement

allaitement bébé sein
Crédits : iStock

Un bébé qui tète bien favorisera la lactation. Pour la position et l’utilisation ou non d’un coussin d’allaitement, vous êtes assez libres. Toutefois, il ne faut pas oublier de vérifier la bonne succion par son bébé. En effet, avec les seins tendus et durs à cause des montées de lait, il peut être difficile pour un tout petit de bien téter. Vous pouvez alors tirer un peu de lait pour assouplir un peu votre poitrine et faciliter la tétée. N’hésitez pas à prendre votre mamelon entre votre pouce et vos autres doigts de manière à le diriger vers le palais de votre bébé lorsqu’il ouvre la bouche. Ensuite, plaquez bien votre bébé contre vous dans cette position (aréole contre le palais).

Ainsi bien positionné, son menton devrait être contre votre sein et ses lèvres se retroussent. S’il tète bien, il fera alors des mouvements de succion rapide au début, puis plus intensément avec des bruits de déglutition. Par ailleurs, une fois les premières montées de lait douloureuses des premiers jours passées, vous ne devez ressentir aucune douleur. Si ce n’est pas le cas et que ce n’est pas lié à des craquèlements des mamelons, prenez le temps de le replacer correctement.

Trois astuces pour une meilleure production de lait

Tout d’abord, essayez de multiplier les contacts peau à peau avec votre nourrisson, tant avant qu’après la tétée. Ce simple geste permet en effet de stimuler l’ocytocine, l’hormone qui favorise l’écoulement du lait maternel. De plus, en sentant l’odeur du lait, votre enfant se sentira stimulé et pourra à tout moment reprendre la tétée.

Pour améliorer la lactation, vous pouvez aussi mettre bébé au sein aussi souvent que possible, si nécessaire toutes les unes à deux heures sans atteindre qu’il pleure. Voyez cela un peu comme la loi de l’offre et de la demande. Si votre bébé ne tète pas, votre corps ne ressentira pas le besoin de produire assez de lait pour lui. C’est la raison pour laquelle la production de lait peut aussi se tarir quand on passe au lait industriel. Non seulement le biberon est plus facile à prendre et demande une succion moins forte, mais en plus le sein reçoit moins de sollicitation et va donc moins produire.

La double expression grâce au tire-lait

Mère utilisant un tire-lait pour pomper le lait maternel pour son nouveau-né allaitement bébé
Crédits : iStock

Tirer son lait à la main ou avec un tire-lait manuel ou électrique permet d’augmenter la lactation et de drainer les seins, ce qui va par le même temps les stimuler. Après une montée de lait, vous pouvez ainsi avoir recours à la double expression afin d’exprimer plus de lait en moins de temps. Vous pouvez par exemple utiliser votre tire-lait juste après ou une heure après la tétée. Dans un premier temps, vous obtiendrez possiblement des quantités minimes qui augmenteront au fil du temps. Dans tous les cas, une expression régulière (huit à douze fois par jour) permettra d’augmenter les quantités de lait maternel obtenu. Par ailleurs, n’oubliez pas la session de nuit, car à cette période, vos taux de prolactine sont à leur maximum, ce qui optimise la production.

Proposer l’allaitement sur les deux seins

N’hésitez pas à alterner entre vos deux seins si vous le pouvez. Une fois qu’il a vidé le premier, et qu’il commence à moins déglutir et “tétouiller”, offrez-lui le deuxième après lui avoir fait faire son rot, quitte à reprendre plus tard sur le premier si vous le souhaitez. Lorsque la production est particulièrement faible, certaines femmes pratiquent pendant plusieurs jours la « super alternance » jusqu’à ce qu’elle augmente naturellement, leur permettant ainsi de revenir à une alternance simple. Cette pratique consiste à alterner le sein droit et le sein gauche plusieurs fois au cours d’une même tétée (jusqu’à quatre ou cinq fois).

D’autres petites astuces à connaître quand on n’a pas assez de lait

allaitement lait maternel bébé astuces naturelles
Crédits : Pixabay/Badarsk

En complément des autres astuces, pensez à pratiquer la compression de sein pour prolonger l’écoulement du lait pendant que vous allaitez. Pendant la tétée, si vous observez que bébé commence à moins déglutir, entourez la base de votre sein avec votre main libre et comprimez-le doucement avec le pouce d’un côté et les autres doigts de l’autre de votre sein. Attention, cela ne doit pas être douloureux et vous devez rester loin de l’aréole. Par ailleurs, vous pouvez appliquer des compresses d’eau chaude avant d’allaiter pour production de lait.

Et le plus important : savoir vous reposer et prendre soin de vous

La fatigue et le stress sont deux facteurs qui peuvent significativement impacter la production de lait. Votre état de santé n’est vraiment pas à prendre à la légère. Il ne faut donc pas culpabiliser de déléguer vos tâches ménagères à une autre personne, de laisser un proche cuisiner vos repas à votre place ou de faire des siestes dans la journée si vous ne vous sentez pas en forme. Un bon repos réduira ainsi l’engorgement mammaire ! Veillez aussi à prendre du temps pour vous et pour vous relaxer. Si nécessaire, faites des exercices de respiration, du yoga ou toute autre activité qui vous aidera à déstresser.

Pour ne pas vous inquiéter inutilement de manquer de lait et recevoir des conseils personnalisés, n’hésitez pas à consulter votre sage-femme, une consultante en lactation ou un spécialiste de l’allaitement. Votre professionnel de santé pourra vous rassurer, vous conseiller sur la prise de galactagogues (notamment des médicaments ou des plantes galactogènes) et vous montrer les bons gestes si nécessaire. Et si au contraire vous en produisez beaucoup, consultez nos idées pour utiliser le lait maternel de manière insolite.


Julie Vera, experte santé, bien-être et vie pratique

Écrit par Julie Vera, experte santé, bien-être et vie pratique

Je suis heureuse de pouvoir conjuguer mon amour du partage avec ma passion pour les remèdes naturels et les produits cosmétiques et ménagers faits maison. Prouver chaque jour que l'on peut prendre soin de soi, de son entourage, de son jardin et de ses animaux en respectant la planète est un vrai moteur et une motivation pour moi.