in

8 aliments mauvais pour la mémoire et le cerveau

Crédits : iStock

Adopter la bonne alimentation peut aider à doper le cerveau. En effet, cette machine de guerre qui consomme à lui seul environ 20 % de l’apport calorique de la journée. Autant vous dire que ce que vous mettez dans l’assiette revêt une importance particulière. A contrario, d’autres aliments peuvent avoir des effets plus néfastes et s’avérer mauvais pour vos performances intellectuelles, notamment votre mémoire, ainsi que sur votre humeur. Pire encore, ils peuvent favoriser le risque de souffrir de démence. Pour favoriser un bon fonctionnement cérébral, voici quelques aliments mauvais pour la mémoire et le cerveau.

Rappelons qu’il n’est pas nécessaire de ne plus jamais consommer ces aliments. Toutefois, il est conseillé d’éviter une surconsommation régulière et prolongée.

1) Le café et l’alcool, meilleurs ennemis de vos neurones

Qui n’a jamais entendu un ami se plaindre d’avoir complètement oublié la soirée de la veille suite à une forte consommation d’alcool ? Très diurétique et déshydratant, il a un effet très délétère sur la santé des neurones. Plus insidieusement, il peut aussi avoir des conséquences à plus long terme en endommageant le cerveau à vie. L’alcool peut en effet causer chez les personnes qui consomment des boissons alcoolisées de manière régulière et prolongée une maladie neurodégénérative connue sous le nom de syndrome de Wernicke-Korsakoff (« SWK »). Cela se caractérise par une carence en vitamine B1 (la thiamine) qui est responsable de la dégradation de certaines zones du cerveau et qui entraîne notamment des troubles de la mémoire.

café moulu pour éloigner les guêpes
Crédits : Publicdomainpictures

Quant au café que l’on croit bénéfique pour le cerveau de par l’effet stimulant, il induit une forte forme de stress. Or, le stress est un ennemi de la mémoire. Méfiance donc avec les boissons à base de caféine (sodas, café, boissons énergisantes…) ou de théine (thé).

2) Les pâtisseries et viennoiseries

viennoiseries petit pain au chocolat petit-déjeuner
Crédits : MaxPixel

De manière générale, les aliments très gras sont très mauvais pour la mémoire. Des chercheurs ont en effet démontré dans la revue eNeuro qu’un régime alimentaire riche en graisses nuisait à la production et à la croissance de nouveaux neurones. En conséquence, ils ont noté un risque accru de troubles cérébraux. Cela va ici de la dépression aux maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer. Toutes les graisses ne sont pas néfastes, et il en existe des bénéfiques riches en oméga-3 bons pour la cognition. Toutefois, les aliments riches en acides gras trans retrouvés surtout dans la nourriture industrielle ou la malbouffe et les fast-foods sont les plus nocifs pour la mémoire et les synapses du cerveau. En associant graisses saturées et sucres, les pâtisseries et viennoiseries sont des aliments dits obésogènes qui perturbent certaines capacités de mémoire dès le plus jeune âge et exposent à des risques de démence et de déclin cognitif lié à l’âge.

3) La viande

viande crue boeuf
Crédits : Pixabay/PDPhotos

Contrairement à certaines idées reçues, la viande rouge n’est pas bonne pour la mémoire, bien au contraire même ! En effet, en menant des travaux sur la mémoire, l’université de Boston avait démontré que les personnes qui consomment plus de viande bovine ont une fonction cognitive plus faible que les personnes végétariennes. Mieux vaut donc limiter sa consommation de viande, notamment de viande rouge, à deux fois par semaine maximum.

4) La charcuterie

saucisson charcuterie
Crédits : Pixabay/MagicFairy

La charcuterie présente deux gros défauts. Tout d’abord, on y retrouve une grande quantité de sel. Or, sa consommation en trop grandes quantités diminue la capacité d’attention ainsi que de mémorisation. Par ailleurs, les charcuteries sont des aliments riches en graisses saturées très néfastes pour la mémoire. Cela induit notamment une augmentation du mauvais cholestérol qui s’accumule sur les parois des artères du cerveau. Moins bien irrigué, il peut alors être plus touché par de petits trous de mémoire. Et bien sûr, il y a un risque accru d’accident vasculaire cérébral dont les séquelles sur la mémoire peuvent être graves.