in ,

8 “mauvaises” herbes que vous devriez manger… un vrai délice !

Crédits : iStock

5) La bardane

Crédits : Pixabay/Biedermann

La racine de bardane a un goût vraiment doux très intéressant qui n’est pas sans rappeler les salsifis ou l’artichaut. On peut les récolter au moment de l’automne et du printemps (au prix de quelques efforts, car elle ne se laisse pas facilement déloger de la terre). Vous pouvez la consommer crue en la râpant et en la coupant en rondelles. Sinon, il est possible de la cuire dans de l’eau ou dans une poêle pour la consommer chaude. Le vert des feuilles demande quant à lui une bonne cuisson sous peine d’être trop amer pour être consommé comme des épinards par exemple. En mai-juin, vous pourrez ramasser les jeunes tiges croquantes afin de les consommer crues. Pensez juste à les peler au préalable ! La fleur peut aussi être consommée, mais retirer les crochets est très fastidieux et long.

6) La stellaire ou mouron blanc

Crédits : Pixabay/Hans

On la retrouve principalement dans les zones humides et ombragées. Aussi, ce sont un bon bio-indicateur de la fertilité et de l’équilibre du sol. On peut la récolter à l’année pour profiter de ses bienfaits diurétiques et tonifiants. Par contre, elle est légèrement laxative donc n’en mangez pas des quantités astronomiques non plus.

Elle est aussi plus nutritive que la plupart des herbes citées plus tôt. En effet, elle apporte de la vitamine C, du magnésium et du calcium. Ses feuilles et ses tiges tendres et juteuses ont un goût de noisette discret appréciable cru dans une salade. Par exemple, c’est un bonheur dans la salade japonaise aux sept herbes. Cependant, elle est aussi géniale avec un simple filet d’huile d’olive et de vinaigre de cidre. On peut aussi l’ajouter dans des préparations cuites telles que les quiches ou encore les potages, mais vous perdrez une partie de ses vitamines. Avant de la consommer, ne négligez pas l’étape du nettoyage qui doit être très minutieux.

7) Le laiteron

Crédits : Wikimedia Commons/Rob Hille

Cette plante ne se fait pas rare dans les vergers, les potagers et aux abords des chemins. Les feuilles de cette plante considérée comme un légume sauvage ont un goût très doux. De plus, celles-ci peuvent être consommées pendant une grande partie de l’année. On les utilise souvent crues dans les salades, mais elles peuvent aussi faire office de légumes. Dans ce cas, on va les cuisiner comme des épinards ou dans un potage (surtout les pousses les plus âgées). Vous pouvez aussi les ajouter à vos mélanges de légumes lactofermentés. L’astuce, c’est de le couper régulièrement. Il faut également veiller à ce qu’il ne fleurisse pas de sorte que vous puissiez en avoir tout l’été.

8) L’amarante

Crédits : Pixabay/Manfredrichter

Toutes les variétés de cette plante fameuse pour avoir donné son nom à une couleur sont comestibles. On l’apprécie souvent cette plante où tout se mange pour sa richesse nutritive ! En effet, on y retrouve une bonne dose de protéines, des fibres, des acides aminés et gras, de nombreux minéraux et de la lécithine…. Bien sûr, le tout sans un gramme de gluten et avec un goût doux très agréable !

D’ailleurs, on l’utilise communément comme un légume dans les régions tropicales et subtropicales. On en utilise souvent les graines moulues en farine pour remplacer 25 % de la farine normale. La farine d’amarante ne monte pas, mais donne un goût sucré et du moelleux aux préparations. On les mange aussi comme des céréales à faire griller avec un peu d’huile, germer, cuire à l’eau, ajouter à des gratins ou des galettes végétales. Les feuilles peuvent être utilisées comme des épinards et être ajoutées dans les tartes, les beignets, les soupes… Enfin, les fleurs rouges à consommer crues encore jeunes (de juillet à octobre) sont aussi belles que délicieuses. Et puis elles sont aussi bonnes pour la santé avec leur réputation anticancer. Celles du fleuriste sont néanmoins à éviter, car bourrées de produits chimiques.