in ,

Médecine douce : quels remboursements attendre de la Sécurité sociale ?

Crédits : iStock
5/5 - (1 vote)

La médecine dite « douce » (également appelée médecine alternative) englobe un ensemble de pratiques alternatives à l’allopathie (qui utilise des médicaments à base de molécules chimiques). Cela englobe par exemple la naturopathie, l’ostéopathie, la sophrologie, l’acupuncture, l’étiopathie, la chiropractie, la diététique, la thalassothérapie ou encore l’homéopathie, autant de techniques qui peuvent être employées en prévention des maladies ou en complément (voire en remplacement dans certains cas) des thérapies classiques. Mais lorsque l’on souhaite y avoir recours, quelle est la prise en charge de la Sécurité sociale ? Existe-t-il des remboursements pour la médecine douce ?

La Sécurité sociale prévoit-elle des remboursements pour la médecine douce ?

Bien qu’elle soit de plus en plus sollicitée par les Français, la Sécurité sociale n’offre qu’une prise en charge très limitée de la médecine douce. En effet, elle ne reconnaît que l’acupuncture, l’ostéopathie et l’homéopathie. Il est toutefois à noter qu’il vous faudra respecter un parcours de soins coordonné pour bénéficier d’une indemnisation. Ainsi, pour avoir droit à un remboursement sur la base des tarifs de convention, il faudra consulter un praticien conventionné. Vous devrez ensuite vous acquitter du reste à charge lié aux dépassements d’honoraires. Si votre praticien ne peut pas justifier d’un diplôme reconnu par l’État, vous ne pourrez en revanche pas prétendre à une prise en charge. Vous bénéficierez en outre d’un remboursement de vos médicaments homéopathiques sur la base de 30 % du tarif de convention à condition que vous ayez une prescription médicale.

dépenses santé remboursements médecine douce
Crédits : iStock

Heureusement, les mutuelles et complémentaires santé proposent souvent des forfaits pour rembourser en partie ces frais. Il va donc falloir vous renseigner auprès de votre assurance santé pour savoir à quoi vous pouvez prétendre.

Du côté des mutuelles et complémentaires santé

Du côté des mutuelles, la prise en charge n’est pas non plus illimitée. Il convient donc de vous renseigner en amont sur l’offre dont vous bénéficiez auprès de la vôtre (quitte à demander des devis auprès de plusieurs organismes pour pouvoir comparer). Rappelez-vous toutefois que du fait du non-remboursement des médecines alternatives dans la grande majorité des cas, le remboursement de votre mutuelle ou complémentaire santé ne s’exprimera pas en pourcentage d’un quelconque tarif de convention. On parlera ici toujours de forfaits. Vous pourrez alors bénéficier d’un forfait annuel (avec un montant maximal annuel) ou un forfait à la séance en euros par séance (avec une limite du nombre de séances remboursables).