in

Cuisson du poulet : 9 erreurs courantes à ne plus faire

Crédits : iStock
4.5/5 - (6 votes)

Le poulet n’est pas nécessairement une volaille difficile à cuisiner et cuire. Toutefois, pour des préparations toujours plus fondantes, réussies et savoureuses, on peut évidemment améliorer ses pratiques. En évitant les quelques erreurs très courantes ci-dessous, vous empêcherez en outre votre poulet  de devenir insipide et sec ou de se transformer en semelle immangeable, ce qui pourrait assurément gâcher même la plus simple des recettes ! Redonnez donc toute leur noblesse à vos pièces de volaille préférées (cuisses de poulet, ailes, etc.) en les cuisinant avec tout le soin quelles méritent.

Bon à savoir : nous avions proposé également du contenu sur les pires erreurs de cuisson pour la viande rouge. À réviser absolument si vous êtes amateurs de bons steaks !

Erreur 1 : Ne pas être regardant sur la qualité

Ici, on ne parle pas nécessairement d’acheter la viande la plus chère en rayon, car cela n’est pas un gage de qualité. Cependant, les viandes premier prix sont souvent bourrées d’OGM et pas toujours des plus tendres ni des plus qualitatives. Si possible, préférez donc des poulets Label Rouge, issus de l’agriculture biologique ou portant des appellations contrôlées, ces pièces offrant une qualité nutritionnelle bien meilleure pour cuisiner une viande plus goûteuse, quitte à consommer moins de viande sur la semaine pour ne pas que cela pèse trop sur votre budget. La planète et votre santé vous en remercieront !

Erreur 2 : Rincer le poulet

aliments à ne jamais laver poulet
Crédits : iStock

En plus de n’avoir aucune utilité, cette pratique empêche le poulet de bien dorer dans le four ou dans la cocotte. Qui plus est, le poulet cru dissémine des germes partout dans l’évier et sur le plan de travail avec les éclaboussures. Ce n’est donc pas hygiénique du tout. Préférablement, il vaut mieux éventuellement l’essuyer pour s’assurer qu’il est bien sec pour devenir bien doré ou le badigeonner d’huile olive pour le préparer à la cuisson.

Erreur 3 : Cuire le poulet aussitôt sorti du frigo

Si vous réalisez la cuisson du poulet directement à sa sortie du réfrigérateur, il ne pourra pas cuire à cœur correctement à cause du différentiel de température. Aussi, préférez sortir votre barquette environ une heure avant la préparation pour une cuisson réussie.

Bon à savoir : pour assurer sa fraîcheur, cette volaille peut se conserver pendant trois jours dans la partie basse du réfrigérateur si elle est crue et jusqu’à quatre jours si elle est cuite. 

Erreur 4 : Saler et poivrer la viande au mauvais moment

Crédits : iStock

Le poivre est à bannir en début de cuisson, aussi bien pour vos volailles que pour toutes vos recettes en général. En effet, il a tendance à brûler à la cuisson, donnant alors un goût particulièrement désagréable en bouche à vos préparations. Aussi, si le sel est conseillé aussi bien à l’intérieur que l’extérieur de la viande (à raison d’une cuillerée à café par portion de 500 g), le poivre sera quant à lui à saupoudrer de préférence en fin de cuisson.

Erreur 5 : Faire l’impasse sur l’assaisonnement

Le goût de la viande nature est délicieux et les recettes les plus simples sont souvent les meilleures. Cependant, avec un bon assaisonnement, la saveur de cette volaille peut vous transporter totalement. Les blancs de poulet s’associent ainsi délicieusement avec toute une myriade d’aromates et d’épices (curry, romarin, cumin, paprika, thym, menthe…), de liquides pour attendrir la viande et relever sa saveur (jus de citron, lait de coco, huile d’olive vierge…) et bien d’autres ingrédients (moutarde, ail, oignon…).

Pour le poulet entier, on peut ajouter des herbes de Provence et le cuire au vin ou au cidre pour lui apporter du goût. La farine et le beurre se chargeront quant à eux de rendre la peau croustillante à souhait. Surtout, on peut ici se permettre d’ajouter une farce pour une dégustation plus originale. Une chair à saucisse, du citron confit, des abricots et figues secs ou une semoule aux épices apporteront en effet des textures et goûts différents pour accompagner et sublimer la viande.

Erreur 6 : Réaliser une cuisson uniforme

poulet rôti
Crédits : iStock

Pour que vos volailles cuisent uniformément , vous ne pouvez pas vous contenter de les mettre au four et d’attendre. Restez à proximité et réglez la température au fil de la cuisson. Faites-le ainsi d’abord dorer à 240 °C pendant quelques minutes (en le retournant si besoin), puis abaissez la température à 200 °C pour finir la cuisson gentiment en arrosant régulièrement la viande avec le jus de cuisson. Et surtout, ne gardez la porte du four ouverte que très brièvement pendant ces opérations !

Erreur 7 : Mal évaluer la cuisson de la volaille

Attention, le temps de cuisson donné dans la recette n’est qu’indicatif. En effet, cette durée peut varier énormément d’un four à l’autre, chacun ayant une taille différente, et la taille et la qualité du poulet pouvant varier. En général, une portion de 500 g nécessite environ 30 minutes de cuisson, mais cela peut varier. Pour ne pas vous faire avoir, pensez à vérifier la cuisson en piquant le poulet. Lorsqu’il est bien cuit, un jus clair s’en échappe. Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à prolonger la cuisson.

Erreur 8 : Servir le poulet dès la fin de la cuisson

poulet à la bayonnaise
Crédits : Wikimedia Commons/Arnaud 25

Si vous servez la viande immédiatement à la fin de la cuisson, elle ne sera pas des plus tendres. Préférez la mettre sous cloche ou sous couvercle et la laisser reposer une dizaine de minutes avant de procéder au service.

Erreur 9 : Jeter les restes de poulet

Les restes de volaille peuvent servir dans une salade froide, en friture dans de l’œuf ou du lait et de la panure ou même en rillettes pour peu que vous le mélangiez avec du fromage aux fines herbes par exemple.