in

Santé : 6 épices communes qui peuvent s’avérer dangereuses

Crédits : iStock
3.7/5 - (3 votes)

Dans de nombreuses cuisines, les épices trônent fièrement sur une étagère ou dans un rangement à portée de main, prêtes à être dégainées au moindre moment. Elles sont en effet cruciales pour apporter de la saveur aux plats salés comme sucrés. En outre, on leur prête bien souvent tout un éventail de propriétés et vertus pour le moins bénéfiques. Aussi, on se demanderait bien pourquoi il faudrait s’en priver ! Toutefois, c’est un peu comme tout dans la vie : il ne faut pas en abuser. Mal utilisées, certaines peuvent en effet provoquer des effets indésirables plus ou moins graves pour notre santé. Découvrez avec nous six épices potentiellement dangereuses pour votre santé.

1) Au rayon épices, toutes les cannelles ne se valent pas

cannelle
Crédits : Pixabay/Gate74

Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes ainsi que sa richesse en antioxydants, la cannelle est excellente pour la sphère digestive. On l’utilise d’ailleurs entre autres très communément pour calmer les brûlures d’estomac et les problèmes de digestion (nausées, ballonnements, etc.). Globalement, cet exhausteur de goût naturel permet de favoriser le bien-être digestif. On lui prête aussi des vertus anti-diabète et elle serait bonne pour la ligne. Toutefois, il faut bien la choisir. Certaines cannelles contiennent en effet de fortes doses de coumarine, une substance pouvant occasionner des dommages au foie et aux reins à de très fortes doses. Privilégiez donc l’écorce de cannelle de Ceylan à de la cannelle de Chine qui en est riche.

2) Le curcuma

curcuma
Crédits : iStock

Le curcuma est souvent décrit comme étant anti-cancer. Il est surtout plébiscité pour ses bienfaits pour la digestion et contre de nombreux troubles digestifs. La cure du curcuma est aussi l’un des remèdes naturels les plus connus contre les douleurs articulaires liées à l’arthrose ou l’arthrite. Utilisé en thérapie comme en prévention, cet anti-inflammatoire serait en effet excellent pour soulager les patients. Toutefois, on oublie très fréquemment de mentionner ses contre-indications. Or, cette épice est à limiter quand on a des problèmes au foie (calculs rénaux ou maladie du foie). Sa curcumine est en outre un anticoagulant. Il peut donc y avoir des interactions avec d’autres traitements pour fluidifier le sang. Pour ne pas avoir l’effet inverse du traitement, mieux vaut donc demander à votre médecin s’il vous conseille ou non d’en consommer.

3) Le gingembre parmi les épices dont il faut se méfier

gingembre
Crédits : Flickr/Kjokkenutstyr.net

Cette épice très fréquemment utilisée dans la cuisine asiatique voit souvent son nom associé à la lutte contre les nausées et les vomissements. Elle possède en effet des vertus sédatives sur l’estomac, ce qui est très bénéfique pour la digestion. Toutefois, on mentionne rarement ses contre-indications qui concernent pourtant de nombreux patients. En effet, comme de nombreux aliments (basilic, épinards, choux, etc.), le gingembre contient de la vitamine K qui, à partir d’une certaine dose, peut interférer avec la prise d’anticoagulants. Cela ne signifie pas qu’il faut bannir le gingembre. Cependant, il convient d’en parler avec votre médecin pour adapter votre alimentation et préserver toute l’efficacité du traitement médical qui permet de fluidifier votre sang et éliminer les caillots sanguins.

4) La noix de muscade, l’une des épices à consommer avec le plus de parcimonie

noix de muscade
Crédits : Pixabay/Scym

En plus d’aromatiser les purées et autres préparations à la pomme de terre, la muscade a des propriétés analgésiques et antibactériennes, ce qui aide notamment à soulager les douleurs dentaires. Il faut cependant faire attention, car il s’agit d’une épice potentiellement hallucinogène avec des effets psychotiques. En 2002, une étude publiée dans l’Emergency Medicine Journal relatait l’utilisation de cette noix comme une drogue ainsi que le cas d’une jeune fille l’ayant utilisé en trop forte dose dans son milkshake, souffrant en conséquence de convulsions, d’hallucinations et de vertiges. À partir de 5 g, la noix de muscade provoque en effet des engourdissements, des signes narcotiques, des angoisses, de la nausée et une augmentation du rythme cardiaque. Un surdosage peut même être létal.

5) Le piment

piments rouges
Crédits : Pixabay/Jill111

Trop piquants pour certains et agréables pour d’autres, les plats relevés par une touche de piment ne font pas l’unanimité. Cependant, si la brûlure dans la bouche peut vous faire regretter instantanément votre décision de manger épicé, c’est au moment de la digestion que le piment peut avoir les effets les plus regrettables. En effet, si de nombreuses épices peuvent apaiser les sensations de brûlures d’estomac, la capsaïcine du piment va quant à elle les empirer ! En effet, cet aliment va irriter votre œsophage et stimuler la production de sucs gastriques. Cela va ainsi augmenter vos risques d’avoir des reflux gastro-œsophagiens après le repas.

6) L’anis étoilé pour finir cette liste d’épices à bien utiliser pour protéger sa santé

épices anis cannelle
Crédits : Pixabay/Monicore

En tisane après repas ou pour préparer des desserts, l’anis étoilé (ou badiane) est très apprécié. On l’utilise d’ailleurs depuis l’Antiquité pour ses vertus digestives, notamment contre l’aérocolie et l’aérophagie. L’infusion d’anis fait partie des remèdes les plus réputés pour calmer les ballonnements et accompagner une digestion trop lente. Néanmoins, une forme de badiane est interdite en France : la badiane du Japon. Comme le souligne le CHU de Lille, on y retrouve en effet des “alcaloïdes toxiques pour le système nerveux central“. Cela peut entraîner des intoxications avec convulsions. Veillez donc à consommer la bonne badiane, que ce soit à la maison ou en voyage en dehors de la France.

Vous l’aurez compris : les épices ont la réputation d’être excellentes pour la santé. Ce n’est certainement pas cet article qui le démentira ! Il faut cependant toujours s’assurer qu’elles n’interfèreront pas avec votre traitement médical et qu’elles sont consommées dans les bonnes proportions. Avec excès, même les meilleures choses peuvent s’avérer néfastes. Alors, renseignez-vous bien auprès de votre médecin pour faire une bonne utilisation de vos ingrédients de cuisine.