in ,

Cigarette : cinq astuces pour décrocher durablement

Crédits : Wikimedia Commons/TBEC Review

Le sevrage tabagique est un long chemin sinueux… mais qui vous mène vers un Graal : une vie sans tabac et sans nicotine ! Pour y arriver, vous pouvez compter sur nos astuces de grand-mère. Avec les bonnes techniques, beaucoup de volonté et éventuellement l’aide ponctuelle de la cigarette électronique, comme le recommande l’Académie nationale de médecine, vous allez sans doute fumer votre dernière cigarette dans un avenir (très) proche. Alors, prêt à vous libérer de l’emprise de la nicotine ?

1) Les fruits et légumes, un combo gagnant

Une étude réalisée par un groupe de chercheurs américains et publiée dans le Nicotine & Tobacco Research en 2012 a fait une trouvaille qui est malheureusement passée inaperçue. On y apprend notamment que statistiquement, les fumeurs qui consomment des fruits et légumes sur une base régulière fument moins de cigarettes par jour que les autres. Ces personnes commencent à fumer plus tard dans la journée que les autres et ont trois fois plus de chances (3,05, très exactement) de s’abstenir de fumer pour une période minimale de 30 jours. En somme, la consommation de fruits et légumes semble inversement proportionnelle à l’addiction à la nicotine. Les mécanismes en jeu ne sont en revanche pas connus.

2) La phytothérapie ou le pouvoir des plantes

infusion valeriane
Crédits : Solstizia / iStock

Certains n’y voient qu’un effet placebo, d’autres estiment qu’elles mettent le fumeur dans de bonnes
dispositions pour décrocher, puis d’autres enfin attribuent à certaines plantes des vertus de « désaccoutumance ». Il ne vous coûte rien d’essayer, surtout que les plantes en questions ont des vertus avérées en dehors du sevrage tabagique. La valériane semble donner les meilleurs résultats puisque ses utilisateurs évoquent un dégoût progressif du tabac. Il semblerait que la consommation de la valériane en tisane donne au tabac un mauvais goût, ce qui participe au sevrage tabagique. Accessoirement, la valériane est LA plante à privilégier si vous avez une anxiété légère et des troubles du sommeil récurrents, qu’il s’agisse d’insomnies légères ou de somnolence diurne. Le ginseng indien, le kudzu et les fleurs de Bach sont également utilisés dans la désaccoutumance, avec plus ou moins de succès.

3) Éviter de consommer ces aliments…

café
Crédits : Pixabay/Nietjuh

…car ils améliorent le « goût » de la cigarette. En effet, la viande rouge, notamment le bœuf, les sucreries comme le chocolat et les aliments relevés et très pimentés rendent la cigarette plus agréable pour les fumeurs. Il faut donc les éviter dans la mesure du possible dans la phase du sevrage tabagique pour mettre toutes les chances de votre côté. Notez également que l’alcool et le café sont les ennemis de la désaccoutumance. En effet, ils vont non seulement améliorer le goût de la cigarette, mais aussi agir en déclencheur de l’envie de fumer, car la cigarette est très souvent associée au café, avec parfois une double-addiction qui complique davantage les tentatives du fumeur de décrocher.

4) Mâcher du chewing-gum à la menthe

Cette astuce n’a pas forcément de vertus physiologiques particulières. Ce que l’on vise ici, c’est d’occuper sa bouche et d’éveiller les sens avec le goût intense de la menthe (ou un arôme de citron, de réglisse, d’anis, etc.). Aussi, ces arômes viennent nuire au goût de la cigarette à tabac, ce qui vous aide à vous en passer pendant quelques heures.

5) En dernier recours : la cigarette électronique, une aide temporaire

Crédits : Wikimedia Commons/Lindsay Fox

Il semblerait que cette alternative soit de plus en plus prônée par certains acteurs sanitaires qui font autorité dans l’Hexagone. Par exemple, l’Académie nationale de médecine appelle à adopter une politique du « moindre mal », estimant que la cigarette électronique était beaucoup moins nocive que la cigarette à tabac à condition de la considérer comme un moyen transitoire pour décrocher durablement.

De son côté, le Baromètre de Santé publique France explique que 700 000 fumeurs français ont pu décrocher du tabac (et donc de la nicotine) grâce à la cigarette électronique jusqu’à présent. Enfin, et pour pallier les problématiques de la traçabilité des substances qui composent le e-liquide vapoté, l’Agence nationale de sécurité de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a réalisé une base de données ouverte à tous, recensant la composition de tous les e-liquides autorisés à être commercialisés dans l’Hexagone.