in

Alimentation : 6 conseils avisés à suivre pour survivre au syndrome prémenstruel !

Crédits : iStock
Alimentation : 6 conseils avisés à suivre pour survivre au syndrome prémenstruel !
noté 4 - 9 vote[s]

Beaucoup de femmes sont sujettes aux modifications hormonales qui causent le syndrome prémenstruel. On le connaît plus généralement comme ce phénomène qui rend les femmes ultra-sensibles en fin de cycle, une émotivité à laquelle s’ajoute aussi un goût prononcé pour le sucre et une propension énervante à la rétention d’eau et tout cela est parfois suivi par des débuts douloureux des règles. Et s’il n’est pas vraiment possible d’y échapper, on peut néanmoins adopter de bons réflexes qui permettront de survivre à cette période compliquée. L’alimentation est bien entendu ici un facteur de bien-être important même si combattre le stress est également une aide à ne pas négliger. Voici donc 6 conseils alimentation à suivre religieusement.

1) Cap sur les phytoœstrogènes

Pourquoi certaines femmes souffrent-elles de ce syndrome ? Eh bien la faute à l’œstrogène qui est en chute libre à la fin du cycle. Cette hormone est donc une grande coupable et pour espérer éviter de trop souffrir de tout cela, nous vous conseillons de faire le plein en en phytoœstrogènes une semaine avant l’arrivée fatidique des menstruations en guise de substitut. Cela passe par la consommation de divers aliments comme les graines de lin, le soja (tous les produits associés : graines, lait…) et le tofu pour ne citer que ces exemples.

2) Quelques boissons chaudes pour vous aider

Crédits : MaxPixel

Il existe plusieurs tisanes ou préparations pour soulager le syndrome prémenstruel. Il y a tout d’abord le thé noir ainsi que le thé vert pour un apport supplémentaire en phytoœstrogènes. Mais certaines tisanes peuvent aussi vous aider. Vous pouvez vous tourner vers le dong quai (Angelica sinensis) si vous ne prenez aucune médication qui a pour effet de fluidifier le sang. Et enfin, n’hésitez pas à tester le trèfle rouge dont les isoflavones agissent positivement sur le syndrome.

3) Un acide aminé à la rescousse

Crédits : moritz320 / Pixabay

Avec le tryptophane, votre corps fait le plein de sérotonine, l’hormone du bien-être qui peut jouer sur nos envies de sucre et l’irritabilité souvent caractéristique du syndrome prémenstruel. On en trouve dans plusieurs aliments comme les œufs, le poisson, les produits laitiers ou encore la viande, mais vous pouvez aussi opter pour la banane, les céréales et des légumes secs.

4) On n’oublie pas le magnésium

Crédits : AlexanderStein / Pixabay

Il réduit les taux de cortisol (l’hormone du stress) et est bon pour l’humeur. Alors, n’hésitez pas à mettre le chocolat noir à l’honneur (sans en abuser), mais aussi les céréales complètes et les oléagineux (amandes, noisettes, noix…).

5) Les bonnes habitudes alimentaires

Crédits : congerdesign / Pixabay

Pour éviter la rétention d’eau (ventre gonflé et jambes lourdes), buvez beaucoup d’eau et évitez les excès de sel. Pour ne pas en abuser, faites attention aux apéritifs et chips, aux plats industriels et tout prêts, au fromage, etc.

Il faut aussi surveiller votre consommation de sucre, d’alcool et de caféine avant les règles. En plus de stimuler le système nerveux, ces éléments vous rendent plus sensible à la douleur et tous ces éléments n’aident pas à mieux vivre le syndrome prémenstruel, bien au contraire !

6) Mangez, BOUGEZ!

Crédits : skeeze / Pixabay

Alors attention, on ne parle pas nécessairement d’un entraînement de marathonien, mais avouez qu’un corps sain permet de se sentir bien ! Ainsi, faire un peu de sport a un effet positif sur l’humeur, la circulation (idéal contre la rétention d’eau) et parfait pour compenser les craquages auxquels vous n’aurez pas pu vous empêcher de vous adonner (on est toutes passées par là.

Sources


Écrit par Julie Vera, rédactrice santé

Je suis heureuse de pouvoir conjuguer mon amour du partage avec ma passion pour les remèdes naturels et les produits cosmétiques et ménagers faits maison. Prouver chaque jour que l'on peut prendre soin de soi, de son entourage, de son jardin et de ses animaux en respectant la planète est un vrai moteur et une motivation pour moi.