in

Doryphores : 5 solutions naturelles pour s’en débarrasser enfin !

Crédits : iStock

Au potager, de nombreux petits insectes ravageurs et acariens nuisibles guettent les belles plantes potagères que les jardiniers font pousser avec délice. Et parmi toutes ces petites bêtes, un coléoptère en particulier a tendance à faire des ravages. Le doryphore et ses larves s’adonnent en effet nuit et jour à un seul hobby : dévorer les feuilles, tiges, racines et tubercules des plants de solanacées (aubergines, tomates, pommes de terre, poivrons…). Et impossible de ne pas remarquer leur présence, les feuillages troués et plantations à l’agonie ne laissant aucun doute sur l’invasion. Il faut alors agir vite, car cet animal au corps oblong criblé de rayures jaune et noir se reproduit très vite. Heureusement, il existe des solutions naturelles pour se débarrasser des doryphores sans produits chimiques mauvais pour l’environnement. Voici quelques-uns de ces remèdes qui vont éloigner et éliminer ces envahisseurs indésirables très voraces.

1) Quelques bons gestes pour lutter contre les doryphores

Tout d’abord, ne négligez jamais la surveillance minutieuse de vos récoltes. Dès le retour des beaux jours, pensez à regarder le dessous des feuilles, là où la ponte survient. Les plus précautionneux peuvent aussi prendre la température du sol à 20 cm de profondeur avec un thermomètre approprié. Dès que la température atteint les 14°C, les adultes commencent à émerger du sol… et les ennuis avec ! Autre règle d’or : respecter la rotation des cultures. Cela permet d’empêcher la reproduction et prolifération du doryphore. La biodiversité est aussi votre alliée. Invitez les oiseaux et coccinelles, leurs prédateurs naturels, dans votre jardin. Vous pouvez aussi acheter des nématodes en jardinerie. Ces ennemis naturels de ce ravageur amplifieront la lutte biologique au sein du jardin. Enfin, pensez à épandre du fumier et compost et à détruire ce qu’il reste des plants après la récolte.

doryphore coléoptère du Colorado
Crédits : iStock

2) Des plantes répulsives à proximité pour les tenir éloignés

Les plantes répulsives comptent parmi les meilleurs répulsifs naturels contre les parasites, et vous auriez tort de vous en priver ! Elles sont à semer aux quatre coins du jardin pour protéger les plantes les plus vulnérables aux attaques (comme un plant de pommes de terre). Ici, le choix est en outre très large pour vos espaces verts :

-Haricots et ail
-Ricin
-Lin
-Oeillet d’inde (utile aussi contre les colonies de pucerons)
-Pétunia
-Chanvre
-Soucis
-Etc.

Et pensez à éliminer les adventices de la famille des solanacées (morelles, belladone), ces plantes les attirant particulièrement. Cela permettra d’éviter la création de quelques foyers réservoirs !

3) La destruction manuelle des doryphores

Avis aux jardiniers patients qui n’ont pas peur des tâches laborieuses et demandant de la minutie ! Rien ne vaut un ramassage manuel à l’ancienne pour éliminer les doryphores adultes. Ils pourront être jetés dans de l’eau pour les noyer ou être réduits en cendres à épandre sur les feuilles. Quant aux larves, elles pourront être simplement écrasées. Cette solution ne conviendra pas forcément aux grandes parcelles de terrain, mais elle a le mérite d’être efficace. Répétée tous les deux jours, elle signera la fin de l’invasion. C’est un remède naturel efficace qui ne requiert aucun produit !

coléoptères du Colorado doryphores
Crédits : iStock

4) Les solutions naturelles à appliquer ou pulvériser contre les doryphores

Il existe de nombreuses solutions en pulvérisation pour le préventif ou en guise de traitement de choc. On conseille notamment le purin de raifort, le purin d’ortie ou encore le purin de tanaisie. Ce sont de grands classiques à vaporiser 2 à 3 fois à quelques jours d’intervalle. L’infusion d’ail a également fait ses preuves. Il y a aussi des solutions naturelles plus insolites… comme le Tabasco ! Comptez ici 1/2 flacon dans 6 litres d’eau pour tuer les jeunes larves rouges. Cela n’empêchera pas les adultes de pondre. Il vous faudra donc recommencer et coupler cette solution à d’autres évoquées ici. Il y a aussi les remèdes homéopathiques ! Foncez en pharmacie acheter du Doryphora 30 CH. Diluez 5 granules dans 10 litres d’eau et vous vaporisez sur et sous les feuilles 1 à 2 fois maximum.

5) Les insecticides naturels ? Oui, mais bien utilisés !

L’insecticide bio au pyrèthre constitue une solution possible, mais attention : il est aussi nuisible pour d’autres insectes. Il est notamment très dangereux pour les pollinisateurs et insectes utiles butineurs qui veillent sur le jardin. Son action est en outre limitée dans le temps, la lumière et la chaleur ne l’aidant pas. Pour éviter de blesser les abeilles et bourdons, mais aussi pour avoir un maximum d’efficacité, utilisez donc vos insecticides au pyrèthre le soir ! Sachez qu’il est également possible de recourir à insecticide à base d’huile de colza. Cela ne représente aucun danger pour la planète !

Nous espérons que tout jardinier qui lit ces lignes y trouvera de quoi limiter les dégâts sur le feuillage de vos plantes hôtes et faire pousser de la pomme de terre l’esprit tranquille !