in

4 restes alimentaires pour fertiliser la terre de son potager ou jardin

Crédits : iStock

En jardinage, pour fertiliser la terre, l’on peut toujours se tourner un bon compost maison. On le prépare avec matières organiques et déchets alimentaires qui auraient autrement fini dans nos poubelles et des déchets verts ou déchets bruns secs (des déchets végétaux issus des tontes de gazon, feuilles mortes, branchages, etc.) qu’on laisse se décomposer gentiment avant de l’appliquer sur son sol. Mais ce processus prend du temps et de l’espace, deux paramètres à prendre en compte pouvant décourager certains. Et d’un autre côté, on se passerait bien des engrais chimiques pas très écologiques et mauvais pour la planète… Pour toutes ces raisons, nous allons vous montrer qu’il est possible de rendre la terre du jardin plus riche tout simplement avec des restes alimentaires. Voici quatre exemples de déchets ménagers alimentaires à recycler et utiliser comme engrais naturel.

1) Les peaux de bananes

Crédits : Flickr/David Goehring

Cela ne vous surprendra pas, car nous vous avions déjà vanté à plusieurs occasions les mérites des peaux de bananes, notamment dans le jardin (par exemple pour arroser une plante défraîchie) ! Leur décomposition rapide et leur apport au sol en font des alliées précieuses pour la terre. En plus, vous n’avez pas grand-chose à faire : ajoutez-les au sol entières ou coupées en petits bouts et laissez-les se décomposer dans le sol qui se gorge ainsi en nutriments : soufre, magnésium, potassium, calcium… Les plantes peuvent ainsi mieux développer leurs fruits et notez que les rosiers adorent particulièrement ça. Quant aux vers de terre, ils sont fous de ces épluchures ! C’est donc parfait aussi pour le lombricompostage. C’est donc l’un des meilleurs restes alimentaires à conserver pour chouchouter son jardin ou potager.

2) Les coquilles d’œuf

Crédits : congerdesign / Pixabay

Vous venez de faire des œufs durs et allez de ce pas jeter les coquilles ? Arrêtez tout et conservez-les ! Rappelez-vous il y a quelques années, lorsque nous vous parlions des recyclages possibles de ce déchet… Pour votre jardin, il s’agit d’une formidable source de calcium qui favorise un bon drainage de la terre et qui protège les fleurs et les tomates des maladies. Les utiliser n’a rien de compliqué : on les rince bien pour ne pas attirer les nuisibles et on les fait sécher avec soin au soleil. On les réduit ensuite à l’état de poudre avant de les ajouter à la terre (vous pouvez vous aider d’un mortier ou d’un moulin à café). Et si vous les cassez en plus gros bouts, vous pourrez les disperser sur la terre autour de vos plants pour dissuader les limaces et les escargots d’approcher.

3) Le marc de café

Crédits : publicdomainpictures.net

Ce ne sera pas une surprise pour vous : on peut utiliser de bien des manières le marc de café ou le contenu des dosettes de la cafetière ! Ajouté à votre humus, il n’affecte pas son pH (sauf si vous en mettez trop) et lui apportera une dose du fameux azote que les plantes aiment tant pour pousser sainement et rapidement. En plus, il permet au sol d’être mieux drainé et aéré tout en maintenant une bonne hydratation du sol. Les plantes en quête d’acidité aimeront cet ajout au sol tout comme les vers qui en raffolent et les insectes nuisibles l’ont quant à eux en horreur. En plus, vous pouvez aussi l’utiliser en guise de paillis et rassurez-vous : s’il est un peu moisi, cela ne change rien ! Même déjà un peu décomposé, vous pouvez l’utiliser dans vos espaces verts.

4) Les sachets de thé usagés

Crédits : Pixabay/CongerDesign

Le thé… n’est pas votre tasse de thé ? Pourquoi ne pas utiliser ce dernier alors ? Les feuilles de thé sont en effet riches en hydrates de carbone qui constituent un bon engrais pour les plantes (en particulier celles à fleurs) et cela les protège des champignons. Vous pouvez les laisser infuser dans vos arrosoirs et autres seaux d’eau en vue des arrosages. Vous pouvez aussi ouvrir les sachets de thé après utilisation et disperser les feuilles humides autour des plantes pour fertiliser le sol et faire fuir les rongeurs.

Et voilà ! Vous savez maintenant comment utiliser vos restes alimentaires au jardin plus directement que par la voie du compostage. Vos ordures ménagères étant souvent biodégradables, il aurait été dommage que cette matière organique finisse à la poubelle (avec toutes les mauvaises odeurs que cela implique !). Cela permet un meilleur recyclage et une gestion des déchets plus intelligente. Il suffit de faire un tri rapide pour une valorisation des déchets de cuisine afin de s’en faire un amendement improvisé pour les fruits et légumes poussant au potager et les fleurs, arbustes et plantes ne réclamant que la fin de ce gaspillage !