in ,

Les aliments à préférer et surtout à laisser de côté pour ne pas sentir mauvais

Crédits : Flickr/Aqua

Des petits malins diront qu’il suffit de se laver pour sentir bon. Mais tout n’est pas toujours si facile : la génétique, nos émotions ou la maladie peuvent avoir une influence sur notre odeur corporelle. Et parfois, c’est l’alimentation qu’il faudrait pointer du doigt pour expliquer des odeurs désagréables. Certains aliments nous rendent service en favorisant une odeur normale et d’autres aliments sont en revanche champions pour nous donner un fumet inopportun. Voici quelques exemples d’aliments à favoriser et à éviter.

Les aliments à favoriser

Crédits : gavilla / Pixabay

Ici, le meilleur conseil que nous ayons à vous donner est de vous tourner vers les fruits et les légumes pour deux raisons :

  • Ils contiennent des caroténoïdes dont le pouvoir antioxydant aide à faire fonctionner les cellules. Les cellules n’étant pas abîmées ou mortes, les mauvaises odeurs se développent moins. D’ailleurs, une étude australienne à montré que plus le visage d’une personne avait des sous-tons jaunes grâce aux caroténoïdes, plus son odeur était agréable.
  • La chlorophylle contenue dans les légumes agit comme un nettoyant et désodorisant qui lutte contre les bactéries qui donnent des odeurs désagréables.

Les aliments qu’il ne faut pas trop consommer :

1) La viande rouge

Crédits : Pixabay/PDPhotos

La consommation de viande rouge en grande quantité n’aide pas à avoir une bonne odeur corporelle. Les acides aminés qu’elle contient sont libérés au moment de la digestion et se retrouvent dans notre transpiration. Une fois en contact avec les bactéries naturellement présentes sur la peau, cela donne des molécules qui créent une mauvaise odeur. Une étude publiée en 2006 dans Chemical Senses avait d’ailleurs révélé que les femmes préféraient l’odeur de leur compagnon après n’avoir pas consommé de viande pendant deux semaines. Néanmoins, on ne connaît pas les quantités de viande à consommer pour constater des changements, ni le temps pendant lequel l’odeur est affectée par la viande.

2) Le brocoli, le chou, le chou-fleur et les crucifères en règle générale

Crédits : artverau / Pixabay

Lorsque leurs molécules sont métabolisées par notre organisme, cela produit une odeur que l’on compare au beurre rance et qui sera ensuite éliminée dans la sueur. C’est la faute du sulfure d’hydrogène qui relâche une odeur de soufre lors de la digestion. Cette odeur s’évapore ensuite grâce aux gaz et à la sueur.

3) L’alcool

Crédits : Alexas_Fotos / Pixabay

Déjà, il entraîne un réchauffement du corps et la production de transpiration pour réguler la température de celui-ci. Transpirer c’est risquer de sentir mauvais à cause des bactéries présentes sur la peau. De plus, le corps traite l’alcool comme une toxine et cherche à l’éliminer par tous les moyens. En général, il est dégradé par l’organisme en acide acétique (à 90%) mais le reste est éliminé dans la sueur, d’où une odeur persistante à la suite d’une consommation importante d’alcool, d’où l’expression “sentir l’alcool à plein nez” !

4) L’ail et les oignons

Crédits : congerdesign / Pixabay

Les composants soufrés de ces aliments peuvent causer une mauvaise odeur quelques heures après la consommation. Ces molécules odorantes ne sont pas traitées par le tube digestif. Après un petit passage dans le sang, elles finissent par ressortir…grâce à la sueur !

5) Le café

Crédits : Alexas_Fotos / Pixabay
Il est mauvais pour l’haleine mais aussi pour le corps car il stimule la production de sueur dont on sait qu’elle se transforme et sent mauvais une fois en contact avec les bactéries présentes sur la peau.

6) Le piment et les épices

Crédits : stevepb / Pixabay

Déjà, ces aliments font monter la température du corps à cause de la capsaïcine, cela fait transpirer et augmente donc le risque d’odeurs désagréables. De plus, les molécules malodorantes ne sont pas dégradées lors de la digestion et donc, cela crée une mauvaise odeur qui n’affecte pas que les aisselles mais aussi le reste du corps. D’ailleurs, dans certains coins du monde, on consomme des épices pour faire fuir les moustiques.

Sources