, ,

Santé et nutrition : 4 astuces destinées aux gourmands pour bien choisir votre chocolat

Crédits : Pixabay
Santé et nutrition : 4 astuces destinées aux gourmands pour bien choisir votre chocolat
noté 5 - 2 votes

Quand vous allez mal, vous en mangez. Quand vous êtes stressé, vous en mangez. Et quand vous allez bien, vous en mangez aussi (il ne faudrait pas être en manque, quand même !). Le chocolat est en général très apprécié en pâtisserie et à manger tout seul. Mais les rayons étant gigantesques, il peut être difficile de choisir sa tablette. Et quand on souhaite en plus que ce choix rime avec santé, cela devient encore plus difficile. Comme souvent dans le domaine de l’alimentation, tous les produits ne se valent pas et les industriels ne font pas toujours des chocolats de qualité. Comment s’y retrouver ? Voici tous nos conseils !

1) Chocolat noir, blanc ou au lait ?

Bien sûr, le goût a son importance. Certains détestent le chocolat noir (jugé trop amer) là où d’autres ne comprennent pas que l’on puisse se gaver de chocolat blanc (trop sucré). Que l’on soit clair tout de suite : contrairement à ce que l’on peut croire, le chocolat noir n’est pas moins gras que les autres et l’apport calorique est le même !

Si on le conseille toujours plus que les autres, c’est parce qu’il contient moins de sucres simples, mais plus de lipides (acides gras saturés et autant d’acides gras polyinsaturés), de minéraux (magnésium par exemple), d’antioxydants et de fibres. C’est en cela qu’on considère souvent qu’il est meilleur pour la santé. Le chocolat blanc ne contient pas de pâte de cacao, il n’a donc pas toutes les bonnes choses que cela apporte. Et les protéines de lait dans le chocolat au lait captent les polyphénols du cacao, il est donc moins bon pour le cœur que le chocolat noir 70 %.

2) Ne vous fiez pas aux emballages

OpenFoodFacts

Si on lit les emballages, le chocolat que l’on tient entre les mains est évidemment le meilleur, le plus beau, le plus magique… Les industriels abusent souvent les consommateurs avec de jolis mots, des couleurs ou des noms sympas. Pour ne pas vous faire avoir, jetez un œil à l’étiquette. Plus la liste des ingrédients est courte, mieux c’est !

Autant le dire clairement, le chocolat n’a pas besoin du tout d’arômes, de poudre de cacao (pour adoucir le goût) ou d’additifs industriels (les fameux E + suite de chiffres) et il vaut mieux fuir ceux dont les compositions sont longues et illisibles. Les ingrédients de base sont la pâte de cacao, le beurre de cacao, le sucre et le lait (sans compter les fantaisies comme les noix ou les fruits pour les chocolats plus spéciaux).

Bon à savoir : la lécithine de soja ou de tournesol est quant à elle utilisée dans des chocolats de qualité souvent moindre pour le brillant et son côté émulsifiant, mais si vous ne connaissez pas sa provenance, elle peut contenir des OGM. Si vous pouvez l’éviter, faites-le !

3) Un bon indicateur : les matières grasses

Le beurre de cacao est une matière grasse végétale que l’on obtient avec les fèves de cacao. Mais pour les industriels, c’est un peu cher et ils utilisent donc d’autres matières grasses végétales pour réduire leurs coûts de production et restent généralement vagues sur celles utilisées (on retrouve juste la mention « huile végétale » sur l’étiquette. Ils optent alors pour le beurre de karité ou encore moins cher : l’huile de palme tant décriée. Préférez donc les chocolats « pur beurre de cacao » pour être sûr de la qualité.

4) L’origine

Si la manière dont le chocolat est produit vous importe, le chocolat issu du commerce équitable vous assure que les gens qui ont travaillé pour mettre cette tablette entre vos mains gourmandes ne sont pas des enfants esclaves en souffrance ou des employés exploités et sous-payés. Cela concerne souvent les exploitations en Côte d’Ivoire (qui représente 45 % de la production mondiale) ou en Afrique de l’Ouest.

Autre chose à savoir, le chocolat en provenance d’Amérique Centrale ou du Sud ou d’ailleurs dans le monde présente souvent des saveurs étonnantes. Les fèves brésiliennes sont plus fumées, le cacao vénézuélien est plus tourbeux, le chocolat issu des fèves mexicaines est moins fondant, celles du Pérou confèrent au chocolat des notes acidulées, le chocolat produit en Asie est plus fruité et acidulé et le chocolat du Costa Rica est plus amer et acidulé. N’hésitez pas à découvrir des chocolats provenant de partout dans le monde pour varier les plaisirs et trouver votre Graal.

Sources : Sciences & Avenir ; Joli Gouter ; NaturaCoach ;