in

Dominique Joubert & Jean-François Floch bouleversent l’approche du cancer

Crédits : Ecs-screening
Dominique Joubert & Jean-François Floch bouleversent l’approche du cancer
noté 4.7 - 9 votes

Dominique Joubert-Floch est née en Bretagne et elle est passionnée par le jardinage (et plus particulièrement les potagers), la cuisine ou encore la photographie, mais si l’on vous parle d’elle, c’est avant tout parce qu’elle a fait une découverte sans précédent comme l’atteste un document confidentiel sur lequel nous avons mis la main et dont nous souhaitions vraiment vous parler. Grâce à elle, il sera en effet possible de dépister les cancers de manière plus fiable, mais aussi plus précoce ! Sur quoi sa découverte porte-t-elle et quelles implications cela aura-t-il dans le futur ? Nous nous sommes dit que cette trouvaille incroyable méritait bien un article !

Dominique Joubert-Floch, une scientifique qui a dédié sa vie à la recherche sur le cancer

À quatorze ans, elle savait déjà qu’elle allait devenir chercheuse. Alors qu’elle souhaitait s’orienter vers la physique, elle jette finalement son dévolu sur la biologie. Après ses études à l’université des Sciences de Rennes et sa thèse en 1976, elle développe son expérience dans plusieurs laboratoires, notamment celui de Jan Ake Gustafsson où ses travaux portent sur l’hyperplasie de la prostate. En 1991, elle crée une équipe pour travailler sur l’analyse des voies de signalisation dans la cellule tumorale dans le centre de recherche qui deviendra par la suite l’Institut de Génomique Fonctionnelle de Montpellier. Elle y créera d’ailleurs le département d’Oncologie et se montrera très active au sein de la communauté scientifique montpelliéraine spécialisée dans le domaine de la recherche sur le cancer. Ce n’est qu’en 2011 qu’elle quitte la fonction publique afin de se lancer pleinement dans son projet d’une nouvelle thérapie contre le cancer et d’un test de dépistage précoce du cancer.

Crédits : Dominique-Joubert-Floch- cancerRead

En quoi cette découverte consiste-t-elle ?

Grâce à Dominique Joubert Floch et à son mari Jean-François Floch, le projet « Decode Lab » devenu aujourd’hui le test cancerREAD et développé par ECS Screening s’intéresse particulièrement à la progastrine. Cette prohormone se transforme en gastrine, une hormone produite au moment de la digestion pour stimuler la production du fameux acide gastrique sécrété par l’estomac et participer ainsi à la digestion des aliments. Or, dans le cadre d’une tumeur, la progastrine n’est pas maturée en gastrine et commence à être sécrétée dans le sang. Ce n’est donc qu’en cas de cancer que l’on détecte de la progastrine dans le sang d’une personne, ce qui en fait un biomarqueur important de la maladie. Et si ses travaux ne se concentraient au préalable que sur le cancer colorectal, ce sont aujourd’hui pas moins d’une quinzaine de cancers qui peuvent être détectés par le biais du test basé sur la technique ELISA mis au point grâce à cette découverte. Une nouvelle thérapie est par ailleurs en cours de développement pour neutraliser les cellules cancéreuses.

En quoi ce test est-il si crucial ?

Crédits : Ecs-screening

Ce test dont le coût est situé entre 180 et 240 € permet une détection du cancer aux stades précoces. Or, plus cette maladie est détectée tôt et donc traitée tôt, plus le patient a des chances de s’en sortir. Cela permettra ainsi de décroître la mortalité tout en offrant aux médecins qui le proposeraient en cabinet médical un meilleur suivi et un bon outil pour explorer les meilleures pistes thérapeutiques pour éviter un développement des cellules cancéreuses, ce qui signifie aussi pour les patients qu’il y aura moins de longs traitements agressifs et chers.

Par ailleurs, il ne faut qu’un test pour plus de quinze types de cancers avec un seul prélèvement, ce qui signifie qu’il pourrait remplacer efficacement les méthodes actuelles de dépistage.

Source

Articles liés :

Voici les principaux conseils à suivre pour réduire les risques de cancer

Les 5 meilleurs aliments anti-cancer ?

La meilleure manière de cuisiner vos brocolis selon la science