in

5 techniques qui aident à faire la distinction entre le faux miel et le vrai (+conseils)

Crédits : sain-et-naturel.com
5 techniques qui aident à faire la distinction entre le faux miel et le vrai (+conseils)
noté 3.9 - 18 votes

Si vous lisez nos articles régulièrement vous aurez certainement remarqué que nous ressentons un attachement particulier pour certains aliments et produits qui sont excellents pour la santé. Vous avez sans doute vu le vinaigre, l’ail, l’oignon, l’huile d’olive et tout un tas d’herbes revenir sans arrêt dans plusieurs articles. Mais quand on note ces quelques chouchous, on note surtout que le roi de tous est indubitablement le miel. Grâce à sa richesse nutritive et à ses nombreux composants bienfaisants, on l’utilise sans arrêt pour notre santé et notre beauté.

Et si la diversité dans l’industrie et la production du miel nous apporte une variété appréciable, cela n’est pas toujours un gage de qualité et tous les miels ne se valent pas. Ultra-raffinés et transformés à outrance par les industriels, nos chers miels s’apparentent rapidement à un sirop trop sucré plus qu’à un élixir doré bienfaisant. Filtrés, débarrassés de leur cire, de leur propolis et de leur pollen, les miels perdent toute superbe et tout intérêt pour la santé et le goût.

capture-2016-11-10-a-18-00-03
Crédits : sain-et-naturel.com

Comment faire la distinction entre les deux ? Voici 5 techniques simples :

1) Faites le test sur votre doigt ou dans une cuillère

Déposez une goutte de miel sur votre pouce. Bougez ce dernier pour voir si la goutte bouge en même temps que le doigt. Un miel parfaitement pur ne bougera pas d’un poil.

Vous pouvez aussi en mettre dans une cuillère que vous retournerez. Un miel rempli d’eau ou de mauvaise qualité se fera vite la malle ! Un miel de qualité ne tombera pas ou prendra beaucoup de temps pour le faire.

2) Munissez-vous d’un verre d’eau

Glissez une cuillère remplie de miel dans l’eau. Un faux miel se dispersera alors qu’un vrai miel pur coulera au fond de votre verre et restera comme un bloc.

3) Inflammable ou pas ?

Trempez le bout d’une allumette dans du miel et essayez de l’allumer. Le miel pur étant inflammable, l’allumette devrait s’allumer rapidement. Vous pouvez aussi essayer de brûler le miel pour voir s’il s’enflamme.

4) Eau et vinaigre

Mélangez le miel avec de l’eau puis ajoutez quelques gouttes d’essence de vinaigre. Si le mélange produit de la mousse, alors votre miel est peut-être frelaté avec de la craie.

5) Avec du pain rassis

Trempez un morceau de pain rassis dans du miel pendant une dizaine de minutes. Le pain se durcit ? Dans ce cas le miel est pur. Si au contraire le pain se ramollit, alors vous aurez la preuve que votre miel n’est pas pur et qu’il contient beaucoup d’eau.

Crédits : stevepb / Pixabay

Quelques conseils pour faire le bon choix :

  • Un miel qui n’est pas pur ne se solidifie généralement pas. Un miel qui est pur aura quant à lui tendance à se durcir et à cristalliser même s’il est liquide au début comme tous les miels. Cela peut vous aider à choisir entre deux miels et vous aider à savoir si votre miel est pur.
  • Regardez l’étiquette. Mettez de côté les miels qui contiennent des additifs tels que du « sirop de maïs à haute teneur en fructose » ou du « glucose commercial » ou ceux qui disent être un « mélange de miels originaires et non originaires de la C.E. ». Favorisez un miel local ou en tout cas en provenance de France où la législation est respectée.
  • La mention « récolté et mis en pot par l’apiculteur » est un gage de qualité, car cela montre la bonne traçabilité du produit.
  • Quelques labels de confiance : IGP, AOC, AOP et bien sûr le label bio AB.
  • Préférez idéalement un miel extrait à froid (un miel chauffé perd certaines propriétés).
  • Découvrez sur notre site les différents types de miel pour savoir lequel choisir.

Sources