in ,

4 conseils pour bien choisir une maison de retraite

Crédits : Pexels
4 conseils pour bien choisir une maison de retraite
noté 4.6 - 7 votes

Avoir recours à une maison de retraite constitue souvent la dernière solution envisagée pour des familles aimantes qui espèrent ainsi que leur proche soit accompagné au mieux selon ses besoins et entouré. Un simple coup d’œil sur un annuaire de maisons de retraite peut néanmoins vous montrer qu’il existe toutes sortes d’établissements : lequel  choisir pour une retraite paisible ? Comment écarter les établissements qui ne sont pas adaptés ? Voici nos conseils pour vous aiguiller.

1) Choisir le bon établissement en fonction de son autonomie

Crédits : MaxPixel

L’on considère souvent que la proximité avec la famille et la facilité de visite (transport, horaires flexibles…) est un critère important pour choisir l’établissement afin d’éviter une rupture familiale, mais un autre critère est aussi le fait de choisir une structure adaptée aux besoins d’accompagnement du senior. Il existe 3 types d’établissements :

  • Les résidences seniors qui permettent une facilitation de la vie quotidienne de la personne.
  • Les EHPAD (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) pour les personnes plus dépendantes nécessitant une assistance médicale.
  • Les USLD (Unités de soin longue durée) prescrits par le médecin et proches des hôpitaux pour des besoins en soins plus « lourds ».

Il convient donc de choisir la structure adaptée en fonction de l’autonomie et de la dépendance aux soins.

2) Des précisions importantes en lien avec la santé

Crédits : ArtWithTammy / Pixabay

 

  • Si votre proche a couramment des insomnies, n’hésitez pas à demander comment elles sont gérées : les somnifères sont-ils automatiques ou utilisent-ils d’autres méthodes ?
  • Il est toujours mieux de demander le taux d’hospitalisation de l’établissement. Un taux élevé de l’ordre de 15 ou 20 % doit attirer la méfiance.
  • En EHPAD, il est important de s’enquérir de la permanence de nuit, car les personnes qui choisissent ces établissements ont moins d’autonomie et requièrent donc une surveillance de tout moment. Vous pouvez demander : le nombre d’agents effectuant la permanence et leur qualification, l’organisation des rondes, la gestion des urgences…
  • Dans le cas où la santé de votre parent se détériore, il est intéressant de demander s’il sera toujours pris en charge même s’il perd de l’autonomie avec mention de cet engagement dans le contrat de séjour. Si des prestations additionnelles devaient être mises en place, n’hésitez pas à demander clairement comment cela serait facturé. Et n’oubliez pas de vous intéresser à la présence d’unités plus spécialisées au sein de l’établissement qui pourraient éventuellement s’occuper d’une personne atteinte d’Alzheimer.
  • Sachant qu’il s’agira peut-être bien de sa dernière maison, la gestion de la fin de vie et de l’accompagnement qui en est fait est importante : les équipes maîtrisent-elles les soins palliatifs ou faut-il des intervenants extérieurs ? La famille peut-elle rester avec son proche jusqu’à la fin dans l’établissement ?

3) Un établissement passé à la loupe

Crédits : MaxPixel
  • Collecter des informations sur l’établissement est crucial pour s’en faire une bonne idée. N’hésitez pas à croiser autant d’avis que possible sur sa réputation, notamment grâce au bouche-à-oreille ou au retour des autres familles. Il est notamment important de se renseigner sur le directeur de l’établissement, car beaucoup d’éléments dépendent de sa personne (ambiance, soins, sérieux dans l’exécution des tâches quotidiennes…).
  • Comme nous vous l’avions conseillé dans un article précédent, faites attention à l’environnement et profitez de plusieurs visites à des moments différents pour jauger l’ambiance générale. Si seul le hall d’accueil est accueillant avec un bouquet par-ci par-là, mais que le reste semble morne, sombre, fermé sur l’extérieur (petites fenêtres), sans espace vert, sans possibilité de personnaliser la chambre avec autre chose que 2-3 bibelots (comment s’y sentir bien si rien n’est familier ou presque ?).
  • C’est tout bête, mais jetez aussi un coup d’œil aux autres pensionnaires : semblent-ils apathiques/joyeux/tristes/actifs ? Sont-ils en activité ou végètent-ils devant la télévision avec l’air résigné ? Vous pouvez aussi regarder comment ils sont habillés (vêtements propres…). Quant au personnel, est-il à l’écoute ou sourd aux appels ? Bienveillant ou distant ? Les sourires sont-ils francs ou de façade ?

4) Un coup d’œil sur les activités et la vie de l’établissement

Crédits : Flickr/simaje

Il n’est pas rare que des activités soient proposées au sein de l’établissement (ateliers créatifs, bibliothèque, animations…), mais aussi en dehors excursions, sorties diverses…). Cela donne une indication sur l’ouverture de l’établissement sur l’extérieur. Ces activités internes et externes sont très importantes, car elles gardent les résidents actifs et rompent la monotonie du quotidien. Il est donc intéressant de connaître la manière dont tout cela est organisé (emploi du temps type, présence de la famille ou non…) et la fréquence. Voyez si ce qui est proposé convient à votre proche à la lueur de ses goûts et de sa personnalité. Il faut aussi qu’elles soient adaptées pour ne pas créer un sentiment de fatigue inutile.

N’hésitez pas à poser des questions sur le projet de vie (contenu et réalité d’application) et demander si les pensionnaires sont associés à la vie de l’établissement ou consultés sur certaines questions. S’il existe un CVS, demandez la fréquence de réunion et les deux derniers comptes-rendus.

Article complémentaire :

3 conseils pour choisir une bonne maison de retraite